Abécédaire amoureux du jazz

La marque d’un grand photographe de jazz, c’est lorsque vous pouvez entendre la musique en regardant ses images. Comme si les notes bondissaient hors des pages pour venir se draper autour de vous. Après avoir vu tous ces portraits, j’ai refermé le livre et littéralement, j’ai entendu la musique s’arrêter… J’ai alors réalisé que j’avais vraiment écouté les images de Pascal. Comme si ses archives contenaient à la fois des photographies et du son ! Je peux ici ressentir tout son amour pour le jazz comme son grand respect envers les musiciens qu’il a pu rencontrer et photographier. Il a ainsi réussi à capter pour ses lecteurs, à la fois la passion pour cette musique, l’âme de ces musiciens et l’énergie magique de ces festivals. En feuilletant ces pages, je ressens tant de sentiments différents : la joie, l’excitation, une nostalgie mélancolique, aussi, lorsque je m’arrête sur les portraits de Miles ou de Toots (saudade…) et enfin l’espoir pour le futur, avec les Enfants du jazz. En tant que musicien, l’expérience vécue lors d’un concert de jazz est extrêmement éphémère. L’accord, toujours un peu magique, entre musique, ambiance, public et énergie ne dure que quelques petites heures. Et le fait que ce grand bonheur ne puisse exister que durant un court instant ajoute à cette formidable magie du concert. Depuis le regard intense de Miles jusqu’au sourire transcendant de Toots, Pascal réussit à saisir, dans ses images et pour l’éternité, un peu de cette magie du direct. Il nous permet à nous, lecteurs, spectateurs, auditeurs, de la revivre encore et encore…

Marcus Miller

Abécédaire amoureux du jazz (An ABC for Jazz Lovers)

À la une : Agathe Iracema
Festival Jazz à Vienne, 2013

Sous les feux des projecteurs ou dans l’intimité d’une loge, dans les salles de répétition ou au coeur des grandes tournées internationales, les images de Pascal Kober révèlent un regard singulier qui sait aussi jouer avec les mots.

Pour la revue Jazz Hot, le photojournaliste témoigne depuis plusieurs décennies des évolutions d’une musique centenaire, riche de son extraordinaire diversité.

Tendresse pour la note bleue, émotion et complicité marquent ces tranches de vie commentées, ces lettres et ces visages, en dessinant un abécédaire tout en humanité, dans une proximité inhabituelle avec les musiciens.

Pour ceux qui aiment le jazz comme pour ceux qui pensent… ne pas l’aimer (!), un concentré de petits bonheurs qui va vous enchanter…

Le jazz comme vous ne l’avez jamais vu !

Cliquez ici pour revenir à l’accueil et voir davantage d’images…

An ABC for Jazz Lovers

Ce livre, préfacé par Marcus Miller, bassiste, compositeur, arrangeur et compagnon de route de Miles Davis dans les années 1980, accompagne et prolonge une exposition photographique de Pascal Kober, produite par le musée de l’Ancien Évêché à Grenoble (Isère, France). Cet ouvrage est également disponible en langue anglaise : An ABC for Jazz Lovers.

Voir le livre chez l’éditeur, dans sa version française

Et dans sa version américaine (An ABC for Jazz Lovers)

Commandez le livre chez votre libraire en cliquant ici.

À la Fnac en cliquant là.

Ou encore chez Amazon (c’est par là).

Abécédaire amoureux du jazz

Big Jay McNeely, Festival Jazz à Vienne, France, 1990
Miles Davis, Festival Jazz à Vienne, France, 1989
Chick Corea, International Istanbul Jazz Festival, Turquie, 1996
Toots Thielemans, Festival Jazz à Vienne, France, 1994
Avishai Cohen, Festival Jazz Middelheim, Anvers, Belgique, 2012

Share
Publié dans ABC amoureux du jazz | Laisser un commentaire  

An ABC for Jazz Lovers

For me, the sign of a great jazz photographer is when you hear the music as you view the image. It’s almost as if the notes jump out and wrap themselves around you. After viewing these images by Pascal Kober, I closed the book and I literally heard the music stop. I realized that I had been hearing the pictures. It’s as if this collection contains images and sound. When I see Pascal’s images, I can feel his love for this music and his respect for these musicians. He somehow captures for his viewers the passion of this music, the soul of these performers and the magical energy of these festivals. As I look through these images, I experience so many feelings : joy, excitement, melancholic nostalgia (Miles and Toots), and hopefulness for the future (Les Enfants du Jazz). The experience of a jazz concert is ephemeral. The magical way the music, the atmosphere, the audience and the energy mix, only lasts for a few hours. The fact that it is only here for a little while adds to the magic. But, from Miles Davis’ intense gaze to Toots Thielemans’ transcendent smile, Pascal has managed with his images, to capture and freeze some of that magic and allow us to be able to experience it over and over again.

Marcus Miller

An ABC for Jazz Lovers

Front cover : Esperanza Spalding
Les Estivales Festival in Savoy, Château des ducs, Chambéry, France, 2013

Whether it‘s under spotlights or in the privacy of a dressing room, in rehearsal rooms or in the thick of major international tours, Pascal Kober’s pictures reveal a special way of looking at things, which also plays cleverly with words.

As a French photojournalist and member of the magazine Jazz Hot team, he has witnessed the developments of an extraordinarily rich and diverse century-old form of music for several decades now. Love of the blue note, emotion and complicity mark these commented slices of life, these letters and these faces, which sketch a thoroughly human ABC, thanks to the exceptionally close rapport he establishes with the musicians.

For those who love jazz and for those who think… they don’t (!), here is a compilation of little gems which are sure to enchant you…

Jazz as you’ve never seen it before !

Click here to go back to homepage and see more pictures…

Abécédaire amoureux du jazz (An ABC for Jazz Lovers)With a foreword by Marcus Miller, Miles Davis’s travelling companion in the 1980s, this book is also available in French version, Abécédaire amoureux du jazz. It accompanies and expands a photo exhibition of Pascal Kober’s works, produced by the Musée de l’Ancien Évêché in Grenoble (Isère, France).

See the book on the publisher’s website, in the English version (An ABC for Jazz Lovers)…

See the book on the publisher’s website, in the French version (Abécédaire amoureux du jazz)…

Buy the book on Amazon : here.

An ABC for Jazz Lovers

Big Jay McNeely, Jazz Festival in Vienne, France, 1990
Miles Davis, Jazz Festival in Vienne, France, 1989
Chick Corea, International Istanbul Jazz Festival, Turkey, 1996
Toots Thielemans, Jazz Festival in Vienne, France, 1994
Sahib Shihab and Anthony Anelli, Jazz Musiques Festival, Grenoble, France, 1986

Share
Publié dans An ABC for Jazz Lovers | Laisser un commentaire  

Abécédaire amoureux du jazz : le livre et l’exposition

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION
PRÉSENTATION DU LIVRE
ET CONCERT D’AGATHE IRACEMA

La date du vernissage de mon Abécédaire amoureux du jazz approche à grand pas !

Rendez-vous le jeudi 15 juin prochain à 18 h au musée de l’Ancien Évêché pour découvrir l’exposition et le livre qui l’accompagne, paru aux éditions Snoeck et préfacé par Marcus Miller, qui fut le compagnon de route de Miles Davis.

Rendez-vous aussi le lendemain, vendredi 16 juin à 20 h, pour un concert exceptionnel d’Agathe Iracema (qui est à l’affiche de l’exposition et à la une du livre), concert proposé par Aida dans les jardins du musée (entrée libre).

Agathe se produira avec son Jazz Quartet : Agathe Iracema, chant ; Pierre-Alain Goualch, piano ; Pierre-Alain Tocanier, batterie ; et Christophe Wallemme, contrebasse.

Ce concert sera précédé à 18 h 30 par une déambulation commentée dans l’exposition en compagnie de Jean-Paul Boutellier, fondateur du festival Jazz à Vienne.

Bref, mini-festival de jazz en perspective au musée de l’Ancien Évêché !

Davantage d’informations ? Ici :
http://www.ancien-eveche-isere.fr

abecedaire-amoureux-du-jazz-pascal-kober-invitation

Share
Publié dans ABC amoureux du jazz, Exposition, Livres, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Abécédaire amoureux du jazz (épisode 3)

Ça roule pour le livre ! 180 pages…

AN ABC FOR JAZZ LOVERS
The book is on print ! 180 pages…

Abécédaire amoureux du jazz (An ABC for Jazz Lovers) Abécédaire amoureux du jazz (An ABC for Jazz Lovers) Abécédaire amoureux du jazz (An ABC for Jazz Lovers)

 

 

 

Share
Publié dans ABC amoureux du jazz, An ABC for Jazz Lovers, Exposition, Livres, Photo | Laisser un commentaire  

Abécédaire amoureux du jazz (épisode 2)

Le livre sera sous presse la semaine prochaine !
Rendez-vous le jeudi 15 juin pour l’ouverture de mon exposition au Musée de l’Ancien Évêché (Grenoble, Isère, France).

AN ABC FOR JAZZ LOVERS

The English version of the book will be on print, next week !
It’ll be released on June 15th for the opening of my exhibition organized by the Musée de l’Ancien Évêché (Grenoble, Isère, France).

Abécédaire amoureux du jazz An ABC for Jazz Lovers

Share
Publié dans ABC amoureux du jazz, An ABC for Jazz Lovers | Laisser un commentaire  

Abécédaire amoureux du jazz (épisode 1)

Agathe Iracema, Festival Jazz à Vienne, 2013. Photo : Pascal kober

Agathe Iracema, Festival Jazz à Vienne, 2013. Photo : Pascal Kober

Depuis A comme Afrique (Antilles et Amériques !) jusqu’à Z comme Zoom, 123 photographies en couleurs ou en noir et blanc (et autant de grandes et de petites histoires, également racontées par la plume, sur les coulisses du jazz et l’envers d’un décor). Des lettres et des mots qui dessinent un abécédaire tout en humanité, dans une proximité inhabituelle avec les musiciens. Ici, ni analyse musicale rébarbative, ni textes réservés aux spécialistes. Place au plaisir de la rencontre en images.

Du 16 juin au 17 septembre 2017
Nombreuses animations : concerts, rencontres…
Ouverture : lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9 h à 18 h
Mercredi de 13 h à 18 h
Samedi et dimanche de 11 h à 18 h
Musée de l’Ancien Évêché
2 rue Très-Cloîtres, 38000 Grenoble
04 76 03 15 25

Share
Publié dans ABC amoureux du jazz, Exposition, Musiques, Photo, Portraits | Laisser un commentaire  

Les sourires d’Al Jarreau

«  Je suis très heureux d’être là ! Avec un peu de retard, mais je suis là… » Avec un peu de retard ? Tu parles ! Un an de retard, oui ! Pile. Al Jarreau, facétieux, sourit face à son public. Al Jarreau sourit toujours ! Y a-t-il eu un seul instant de la vie d’Al Jarreau qui n’ait pas été sourire ?

Ce vendredi 22 juillet 2011, Al Jarreau chante au festival «  Les enfants du jazz » à Barcelonnette, dans les Alpes de Haute-Provence. À plus de mille mètres d’altitude. Beat it, She’s leaving home, Spain… Tout est magnifique : le répertoire, le son, le cadre, le parc de la Sapinière, la belle architecture du musée de la Vallée derrière la scène, Larry Williams, son directeur musical. Pas une seule faute de goût.

Al Jarreau Festival « Les enfants du jazz », Barcelonnette. © 2011 Photo : Pascal Kober

Al Jarreau
Festival «  Les enfants du jazz », Barcelonnette.
© 2011 Photo : Pascal Kober

Un an auparavant, pile, le 22 juillet 2010, pile au même endroit, malaise respiratoire dans l’après-midi. Al est évacué en hélicoptère vers un hôpital de Marseille. Concert annulé.

Alors, un an après, pile, Al Jarreau tient à honorer l’engagement qu’il a signé un an auparavant.

Al Jarreau est heureux d’être là.

Heureux d’être vivant.

Heureux de partager sa musique avec les milliers de spectateurs du festival.

Heureux de la partager, surtout, avec les enfants du jazz, ces gamines et ces gamins qui, comme les jumelles d’Ibeyi, sont ici en stage pour se frotter à la note bleue.

Heureux d’échanger avec eux.

Heureux de signer leurs t-shirts.

Heureux d’éclater de rire avec eux.

Heureux.

Al Jarreau Festival « Les enfants du jazz », Barcelonnette. © 2011 Photo : Pascal Kober

Al Jarreau
Festival «  Les enfants du jazz », Barcelonnette.
© 2011 Photo : Pascal Kober

Al a été un homme heureux. Al nous a tous rendus heureux.

Aujourd’hui, Al nous manque. Et nous impose au moins autant de bonheur.

Si tant est que le bonheur puisse être imposé…

So long, Al…

Texte et photos : Pascal Kober

Al Jarreau nous a quittés le dimanche 12 février 2017 à l’âge de 76 ans. On peut l’écouter chanter en duo avec Claude Nougaro sur Armstrong (une version de Go down Moses que Claude avait transposée en français) dans une archive de l’Institut national de l’audiovisuel (dont on ne louera jamais assez la richesse documentaire !) en cliquant ici.

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Happy new year 2017!

2017… for jazz and the love of jazz !

Soon to come, my ABC for Jazz Lovers, the english version of the book and a photo exhibition at the Musée de l’Ancien Évêché in Grenoble (France)…

May it be a good and happy year for you !

pascal-kober-voeux-2017-e

Share
Publié dans An ABC for Jazz Lovers | Laisser un commentaire  

2017 sera jazz et… amoureuse !

2017 sera jazz et… amoureuse, avec un livre et une belle exposition de mes portraits de musiciens au musée de l’Ancien Évêché à Grenoble.

Nous vous y attendons pour le vernissage le jeudi 14 juin prochain ;-)

Bel an tout neuf !

pascal-kober-voeux-2017

Share
Publié dans Exposition, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Saravah, cher Pierre…

Pierre Barouh nous a quittés ce mercredi 28 décembre 2016 à l’âge de 82 ans. J’avais eu le plaisir de l’accompagner à la basse, avec l’Alzy Trio, notre amie la chanteuse franco-brésilienne Sheyla Costa et le pianiste Jean-Pierre Mas, le 7 février 2009, dans une émission de télévision de Jean-François Lebossé.

Saravah, cher Pierre… Ces délicieux instants musicaux passés avec toi resteront dans nos têtes et dans nos cœurs…

De gauche à droite, : Christian Sanchez (guitare), Jean-Pierre Mas (piano), Pascal Kober (basse), Pierre Barouh (chant), Thierry Rampillon (guitare) et Sheyla Costa (chant, percussions).

De gauche à droite, : Christian Sanchez (guitare), Jean-Pierre Mas (piano), Pascal Kober (basse), Pierre Barouh (chant), Thierry Rampillon (guitare) et Sheyla Costa (chant, percussions).

Pierre avait beaucoup contribué au développement de la bossa nova et des musiques brésiliennes dans le monde entier… Et découvert aussi, via son label de disques Saravah (dont l’adage était : « Il y a des années où l’on a envie de ne rien faire ») des artistes aussi différents que Pierre Adekengué, Brigitte Fontaine, Jacques Higelin ou encore Nana Vasconcelos.

Voici l’enregistrement que nous avions réalisé avec lui de sa chanson Samba Saravah. Comme le souligne Pierre à la fin de cet extrait, une première pour tout le monde puisque Sheyla et le trio n’avaient jamais joué avec lui avant ce tournage !

Pour rencontrer ce grand bonhomme qu’est Pierre Barouh, écouter les deux émissions que Philippe Meyer lui a consacrées sur France Inter  : c’est  et . Et lire son livre, Les rivières souterraines, paru en 2011 aux éditions À vos pages.

Je crois que ce passeur de musique d’une humanité sans pareille aurait aimé que nous disions avec lui : the show must go on…

Alors, poursuivons l’amour de la note bleue en 2017 !

 

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Sur la route des festivals

jazz-a-vienne-2016-300Les chroniques festivalières de Jazz Hot sont en ligne sur le site Internet de la revue et l’on y retrouve, parmi bien d’autres reportages réalisés sur le terrain du jazz vivant, ma bal(l)ade estivale à Jazz à Vienne. À lire également, dans le numéro 677, daté automne 2016, de notre vénérable revue, née il y a plus de 80 ans (!) et véritable mémoire du jazz : des entretiens avec les trompettistes Charles Tolliver, Cecil Bridgewater, Christian Scott et Josh Evans ainsi qu’un hommage à deux grands, récemment disparus : l’harmoniciste belge Toots Thielemans et l’ingénieur du son américain Rudy van Gelder. Et toujours, l’éditorial d’Yves Sportis, les hot news, les clubs, les concerts, les livres et les très nombreuses chroniques de disques.

Bonne lecture…

 

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Reportages | Laisser un commentaire  

En immersion à Images Vevey

Installation d'Asako Narahashi. Photo : Pascal Kober

Installation d’Asako Narahashi. Photo : Pascal Kober

Immersion… Mêlant montagne et océan, l’étonnante vue de la Japonaise Asako Narahashi résume bien le thème principal de la cinquième édition de cette biennale dirigée par ce fou de Stefano Stoll. Car au fond, il s’agira bien pour les visiteurs du festival de s’immerger corps et âme dans l’image, jusqu’à pénétrer parfois à l’intérieur même de la photographie. Une marque de fabrique pour cette manifestation (de rue) qui ne fait rien comme les autres : en habillant par exemple la façade entière de la banque cantonale vaudoise avec un portrait géant de Martin Parr réalisé à Zermatt, en faisant flotter le Fuji Yama sur le Léman, en aspergeant des tirages pour les révéler en direct ou encore en perçant virtuellement l’imposant siège du groupe Nestlé pour dévoiler le lac à son envers ! Au menu : pus de soixante-dix projets et des artistes venus d’une quinzaine de pays, dont de grands noms comme Graciela Iturbide ou ce délicieux poète surréaliste qu’est Chema Madoz, mais aussi de jeunes pousses de la photographie. La Fondation Vevey ville d’images décerne ainsi tous les deux ans plus de 70 000 francs suisses d’aides, invitant les créateurs à frotter leur expression hors du cadre convenu de l’exposition traditionnelle. Si les Rencontres internationales d’Arles célèbrent la photographie d’auteur et Visa pour l’Image, à Perpignan, le photojournalisme, nul doute que c’est à Vevey que la mise en scène de la photographie dans l’espace public apparaît comme la plus aboutie. La petite ville de la Riviera vaudoise compte d’ailleurs nombre d’institutions culturelles liées de près ou de loin à l’image comme le musée suisse de l’Appareil photographique, le musée Jenisch, une célèbre école de photo qui a notamment accueilli Jeanloup Sieff ou le Chaplin’s World qui vient tout juste d’ouvrir dans le manoir où vécut Charlot durant vingt-cinq ans. Tous partenaires de ce festival ambitieux (et néanmoins gratuit) qui vient nous bousculer les neurones avec délectation.

Pascal Kober

Du 10 septembre au 2 octobre 2016. Site Internet du festival : http://www.images.ch

PS. Outre les photographes sus-cités, coups de cœur personnels pour les accrochages d’Edoardo Delille, Hans-Peter Feldmann, Yann Gross, Cyril Hatt, Asako Narahashi, Christian Patterson, Michael Schirner et quelques autres farfeluteries dont Images Vevey a le secret. Mais je n’ai pas tout vu ;-)

Un portrait géant de Martin Parr réalisé à Zermatt (et ici mis en abyme avec Philippe, modèle d'un jour) occupe la façade entière de la banque cantonale vaudoise. Photo : Pascal Kober.

Un portrait géant de Martin Parr réalisé à Zermatt (et ici mis en abyme avec Philippe, modèle d’un jour) occupe la façade entière de la banque cantonale vaudoise. Photo : Pascal Kober.

Share
Publié dans Photo | Laisser un commentaire  

Marc Riboud, un photographe en liberté 

À L’Alpe, nous aimons Marc Riboud. Et le grand photographe nous l’a bien rendu. Par le récit de son engagement en résistance dans le Vercors durant la seconde guerre mondiale sous la plume du journaliste Patrice Morel (voir le numéro 14 de la revue) et surtout en nous offrant un magnifique portfolio publié dans notre numéro 54 que nous avions bâti ensemble autour de ses reportages mais aussi de ses images de paysages.

Marc nous a quittés hier, mardi 30 août 2016.

Marc Riboud à Valchevrière (Vercors, Isère). 6 octobre 2011. Photo : Pascal Kober

Marc Riboud à Valchevrière (Vercors, Isère). 6 octobre 2011. Photo : Pascal Kober

Ma dernière rencontre avec lui date de 2011 lorsqu’il était revenu à Valchevrière.

Ma dernière rencontre avec ses photos date de la semaine passée, au festival International du photojournalisme Visa pour l’Image à Perpignan, où j’ai découvert son reportage (et ses étonnantes conditions de réalisation !) à Cuba en novembre 1963 en compagnie de Jean Daniel, alors journaliste à L’Express. Une exposition à voir jusqu’au 11 septembre 2016 à Perpignan au Couvent des Minimes.

Tristeza…

Extrait du numéro 54 de la revue L’Alpe :

Marc Riboud s’est attaché à l’actualité des peuples en lutte dans le monde tout autant qu’à la douceur de ses paysages de montagne. De la jeune fille à la fleur (rose !) jusqu’aux sommets de Huang Shan dans la brume, un parcours en résistance (aux clichés).

Le 23 juillet 1944, dans les falaises qui dominent le hameau de Valchevrière (Isère), Marc Riboud échappe de peu aux balles des troupes nazies qui sèment la terreur sur le plateau du Vercors pour exterminer les résistants dont il fait partie, placés sous la houlette de l’écrivain-journaliste Jean Prévost. Ce récit, nous le publierons, sous la plume du grand reporter Patrice Morel, dans le numéro 14 de L’Alpe (Terres de refuge). Marc Riboud n’a alors que vingt-et-un ans et n’est pas encore photographe. Un épisode tragique (il verra notamment le fiancé de sa sœur Françoise abattu par l’armée d’occupation) qui marquera probablement à jamais son itinéraire d’homme d’image.

Pour la prestigieuse agence Magnum où il a été recruté par Robert Capa dès 1953, il va ainsi couvrir la plupart des combats pour la liberté et l’indépendance, depuis l’Afrique jusqu’à l’Extrême-Orient en passant par la révolution cubaine, les grèves des dockers à Liverpool ou encore les manifestations de mai 1968 à Paris. Avec le regard, perçant, du reporter  ; et en amoureux de la composition, qui jamais ne s’attarde sur les violences, leur préférant des images plus évocatrices de la marche de la planète.

Les photographes de presse savent bien la force, mais aussi la fragilité, de leur témoignage et l’importance de la rigueur journalistique dans la contextualisation de leur travail. Mais ce qui frappe le plus dans l’œuvre de Marc Riboud, c’est cette tendresse naturelle pour les femmes et les hommes qu’il côtoie. Et cette attention si particulière qu’il porte également aux paysages. Comme si l’œil du photojournaliste, parfois fourbu de documenter toutes les fureurs du monde, avait besoin de se ressourcer en contemplant déserts dénudés, végétations erratiques, rizières, cairns, pics et brumes dans les montagnes de l’Afghanistan, de la Californie, de la Chine, de l’Inde ou du Népal.

Ces vis-à-vis entre les deux facettes d’un photographe si attachant, nous avons voulu les mettre en lumière dans ce numéro de L’Alpe en résistance. Pour dire, en somme, que bien longtemps après que les dictateurs se soient définitivement tus, la petite flamme de la voix du poète, comme celle du musicien et du photographe, jamais ne s’éteint…

PASCAL KOBER

Les images de Marc Riboud peuvent être consultées sur son (remarquable) site Internet.

 

 

 

Lire un extrait de l’article de Patrice Morel sur Marc Riboud publié dans le numéro 14 de la revue L’Alpe en cliquant sur le lien ci-dessous (fichier pdf) :

Marc Riboud par Patrice Morel

Share
Publié dans Photo, Portraits, Presse | Laisser un commentaire  

Brisa Roché

Ma chanteuse californienne préférée était à l’affiche, ce mardi 12 juillet 2016, du festival Cabaret Frappé (ainsi qu’à la maison pour une bouteille de muscat d’Alsace partagée ;-) Une belle boule d’énergie entourée par un groupe (avec notamment Automne Lajeat au violoncelle et Thibaut Barbillon aux guitares) qui fait preuve d’une cohésion sans faille d’un bout à l’autre du concert. Dont voici quelques images…

Le samedi 5 novembre prochain, Brisa sera en duo avec Thibaut, son guitariste, au Train-Théâtre de Portes-lès-Valence pour la première partie d’un spectacle d’Emily Loizeau. À ne pas rater ! Et pour écouter Brisa, cliquez ici.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en plus grand format avec leurs légendes.

Share
Publié dans Festivals, Musiques | Laisser un commentaire  

Jazz à Megève

Stacey Kent quintet. Jazz à Megève. © 2016 Photo Pascal Kober

Stacey Kent quintet. Jazz à Megève. © 2016 Photo Pascal Kober

C’est une belle affiche artistique que nous a concoctée Jean-René Palacio pour cette première édition d’un festival qui renoue avec une longue histoire d’amour entre la station de sports d’hiver haut-savoyarde et le jazz. Le Megève Jazz Contest, concours d’orchestres dans le style new orleans, anime en effet les soirées d’été depuis 23 ans. Mais dès les années 1960, lorsque le ski était un loisir à la mode dans le milieu du show business, les connaisseurs fréquentaient les clubs (les Cinq Rues, toujours actif ; ou aujourd’hui, le Jazzy’s récemment ouvert à l’hôtel Au cœur de Megève) et applaudissaient de grands musiciens comme Sidney Bechet, Guy Lafitte, Zanini ou encore Sacha Distel (eh oui, le crooner de ces dames était aussi un [excellent] guitariste de jazz).

Melody Gardot. Jazz à Megève. © 2016 Photo Pascal Kober

Melody Gardot. Jazz à Megève. © 2016 Photo Pascal Kober

Retour aux sources, donc, pour cet événement hivernal qui réunit des artistes issus des musiques cousines ainsi que d’authentiques jazzmen comme dans le très lyrique trio d’Éric Legnini ou dans l’Amazing Keystone Jazz Big Band (avec une relecture du Carnaval des animaux de Saint-Saëns). On notera en particulier Melody Gardot (qui sait être magnifique), le guitariste manouche Angelo Debarre, la douce Stacey Kent et ses bossas, parfois chantées en français avec un délicieux british accent ou encore le bassiste américain Marcus Miller, sorcier des sons et compagnon de Miles Davis, qui assurera la soirée de clôture en invitant la chanteuse Selah Sue. Également au menu : concerts gratuits sur la place de l’église, fanfares déambulant sur les pistes de ski et clôture gospel avec un chœur de cent voix. Un événement incontournable pour les amateurs…

Pascal Kober

Du 24 au 28 mars 2016. Programme complet sur le site Internet du festival.

 

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Reportages | Laisser un commentaire  

Keep on swingin’, La Velle!

La Velle. Concert au Kremlin. Moscou. Février 1991. © Photo : Pascal Kober

La Velle. Concert au Kremlin. Moscou. Février 1991. © Photo : Pascal Kober

Elle avait été l’une des premières à me proposer d’illustrer une pochette de disque. Son sixième album. Paru en 1991 et intitulé Straight singin’, en hommage au grand Nat « King » Cole. À ses côtés, les meilleurs musiciens de la planète : Ray Brown, Pierre Boussaguet et Stafford James à la contrebasse, Mark Taylor et Philippe Combelle à la batterie, Jacky Terrasson au piano, Eddie Harris et Guy Lafitte au saxophone.

Ce portrait de La Velle, je l’avais réalisé avec elle cette même année, lors d’un concert qu’elle avait donné, en seconde partie du big band d’Oleg Lundstrem, au palais des congrès du… Kremlin ! « Le premier concert de jazz dans cette grande salle  », m’avaient alors indiqué les organisateurs…

Durant une dizaine de jours, La Velle et moi avons ainsi voyagé ensemble entre Moscou et Leningrad, partageant de beaux moments dans un pays extrêmement exotique pour lequel je garde une immense tendresse et qui, pour quelques mois encore, s’appelait l’Union soviétique.

Elle, en chanteuse invitée de l’Orchestre régional de jazz Rhône-Alpes. Moi, en envoyé spécial de la revue Jazz Hot pour compléter un grand reportage entamé l’année précédente sur les berges de la Volga, lors du festival de jazz de Cheboksary (république de Tchouvachie). Comment chantait-on la note bleue de l’autre côté du rideau de fer juste après la chute du mur de Berlin ? Réponse dans le numéro 487 de Jazz Hot.

La Velle nous a quittés le 4 février dernier à l’âge de 72 ans. Too young, chantait-elle sur Straight singin’. Bien vrai. Ma Belle, là où tu es, keep on swingin’ !

Pascal Kober

Share
Publié dans Disques, Musiques | Laisser un commentaire  

Raphaële Atlan

Atlan Raphaële quartet 2016 7905 600Quartet très soudé pour ce concert hier soir au Jazz Club de Grenoble. Au piano et au chant, Raphaële Atlan est accompagnée par Zacharie Abraham à la contrebasse et Nicolas Charlier à la batterie. Sa rythmique historique en somme, puisque Raphaële tourne avec eux depuis plus de quatre ans maintenant. Et croyez-moi, ça s’entend ! La surprise, c’est Romain Pilon à la guitare (magnifique instrument, œuvre d’un luthier américain) : jeu très fin en accompagnement ; solos qui s’enflamment à la vitesse de l’éclair, avec une énergie qui vient de là, qui vient du blues. Le répertoire, transatlantique, se bal(l)ade d’ailleurs entre les clubs de New York, notre vieille Europe et la baie de Rio-de-Janeiro. Émotions fortes… À découvrir aussi sur le site Internet de la chanteuse en cliquant ici.

Texte et photo : Pascal Kober

 

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Pierre Boulez (1925-2016)

Pierre Boulez. Rencontres de musique contemporaine de Metz (Moselle, France). 1979. © Photo : Pascal Kober

Pierre Boulez. Rencontres de musique contemporaine de Metz (Moselle, France). 1979.
© Photo : Pascal Kober

Pierre Boulez. Rencontres de musique contemporaine de Metz (Moselle, France). 1979. © Photo : Pascal Kober

Pierre Boulez. Rencontres de musique contemporaine de Metz (Moselle, France). 1979.
© Photo : Pascal Kober

Share
Publié dans Musiques, Portraits | 2 commentaires  

Michel Delpech, en renifleur du temps…

Laurette, Marianne, Paquita, la fille avec des baskets et tant d’autres, elles l’ont toutes aimé. Il les a toutes aimées. Comme nous.

Michel Delpech vient de nous quitter. Sur la pointe des pieds mais non sans avoir confié au grand patrimoine de la chanson française, de jolies pépites qui disent si bien les humeurs du temps qui passe. Je n’ai hélas jamais eu le plaisir d’écouter le chanteur en concert mais mes premiers émois musicaux passent par son Wight is Wight. Et quelques autres ritournelles dont ce fin mélodiste (avec son complice le pianiste et arrangeur Roland Vincent) avai(en)t le secret…

Dans un entretien accordé en avril 2007 à Yvon Lechevestrier du quotidien Ouest France, Michel Delpech avait ces mots : « Je n’ai jamais été un chanteur engagé. Je ne suis qu’un écrivain de chansons, des petites choses saisies dans l’air du temps. Mais c’est vrai que je trouve pessimiste la période actuelle. Qu’annonce-t-elle ? Mon instinct de chanteur, renifleur du temps, me fait craindre que nous ne passions bientôt par des moments difficiles. Les menaces écologiques, l’insoutenable disproportion entre les riches et les pauvres, les guerres absurdes menées ici ou là… Ça ne sent pas très bon. Je veux cependant rester formidablement optimiste car je pense que, sur le long terme, le bien qui est en nous l’emportera. »

Renifleur du temps… À ma connaissance, nous ne sommes que trois au monde à revendiquer cette singulière expression. Salut l’artiste… Tes chansons nous habiteront encore longtemps.

Pascal Kober

Share
Publié dans Musiques, Portraits | 4 commentaires  

La paix ! I wish you a very happy new year 2016!

Pascal Kober voeux 2016

Share
Publié dans Photo, Voyages | Laisser un commentaire  

Jazz à Vienne (2015) : jazz, ta mémoire fout l’camp !

En juillet 2015, deux quotidiens helvétiques, et non des moindres (Le Temps et La Tribune de Genève), ont évoqué les festivals de l’été sous un angle plutôt inhabituel. Le premier allant même jusqu’à afficher, à la une, un éditorial saignant d’Arnaud Robert intitulé «  Dans les festivals, la photo de presse menacée ». En cause : les pratiques de plus en plus fréquentes de managers d’artistes ou d’organisateurs de concerts (notamment à Montreux) qui restreignent de façon drastique la liberté d’informer des photojournalistes. À un point tel que im presum, l’association professionnelle de journalistes de Suisse, a réagi par un communiqué officiel qui «  tire la sonnette d’alarme » (voir également ici).

Et c’est ainsi que ce jeudi 2 juillet à Jazz à Vienne, je n’ai pu photographier le concert de la chanteuse américaine Melody Gardot que pendant les trois premiers thèmes et uniquement depuis la coursive située à l’arrière du proscenium. Ceux qui se sont déjà rendus dans ce superbe cadre historique auront compris. Les autres imagineront un théâtre antique pouvant recevoir, lors de son édification il y a deux mille ans, jusqu’à treize mille spectateurs (sept mille aujourd’hui) et dont ledit proscenium se trouve donc à une bonne quinzaine de mètres des musiciens. Pas facile pour le portrait, non ?

Cyrille Aimée. © 2015 Photo : Pascal Kober

Cyrille Aimée. © 2015 Photo : Pascal Kober

Fort heureusement, il est encore des artistes qui ne laissent pas leur entourage contrôler à ce point leur image en tournée. C’est le cas de Cyrille Aimée, jeune pousse française vivant à New York, qui a gentiment accepté la présence des photographes lors de sa balance l’après-midi. Comme au bon vieux temps, diront les ancêtres… Résultat ? Ce petit mot de la chanteuse : « Merci à toi ! Les images qui sont sur ton site sont superbes ! » Pour la Gardot, en revanche, même les touristes venus simplement visiter le théâtre antique ont été interdits de séjour… Toujours passionnant d’écouter avec quelle finesse et quelle exigence les musiciens soignent leur sound-check. Quand ils ne vont pas jusqu’à répéter quelque nouvel arrangement ou à peaufiner une mise en place rythmique jusqu’à la perfection. Le soir-même, on mesure le fruit de ce travail. Cyrille Aimée n’a hélas eu droit qu’à vingt-cinq minutes de concert en première partie de Melody Gardot dans ce que Stéphane Kochoyan, patron du festival, qualifie de «  set découverte ». Pour le public, frustré, ce sera pourtant suffisant pour qu’il la gratifie d’une standing ovation. Il faut dire que la chanteuse a su bâtir un set qui, s’il est compact, n’en dévoile pas moins tous ses talents. Et ils sont nombreux. Dans un registre qui doit beaucoup au jazz manouche, en y apportant toutefois sa propre touche, Cyrille Aimée déroule des reprises de thèmes peu joués du répertoire jazz comme It’s a good day de Peggy Lee (titre de son dernier album). Mais elle offre également, composées par elle-même ou ses musiciens (le contrebassiste notamment), des mélodies fort joliment troussées dont certaines pourraient bien devenir de futurs standards. En témoigne la lente et si douce montée en puissance de son chorus scatté sur sa Nuit blanche qui, ce soir-là, a tout emporté.

Après une telle tranche de fraîcheur dans la canicule viennoise, pas facile pour le pianiste arménien Tigran Hamasyan de proposer les orientalismes et les métriques extrêmement complexes de son dernier opus, Mockroot, en formule piano-basse-batterie. Changement radical d’univers musical. Pourquoi pas si l’on considère que la voix peut faire office de fil conducteur. Mais celle de Tigran est tellement aux antipodes des deux autres qu’à dire vrai, sa présence ressemble un tantinet à une maladresse de programmation. D’autant qu’au fond, pas sûr que trois changements de plateau au théâtre antique soient un bon choix pour Jazz à Vienne. La formule avait été abandonnée au début des années 1990 avec la préfiguration de l’actuel Club de minuit. Lequel club pâtit aujourd’hui de ces soirées à rallonge puisque le spectateur qui voudrait assister au concert gratuit est obligé de quitter Melody Gardot avant la fin de ses rappels s’il veut trouver une place dans ledit club…

Melody Gardot et Edwin Livingstone (contrebasse). © 2015 Photo : Pascal Kober

Melody Gardot et Edwin Livingstone (contrebasse). © 2015 Photo : Pascal Kober

Melody Gardot, donc. Trois morceaux derrière le proscenium pour les photographes, vous disais-je. Après ? Après, le photographe qui veut aussi écouter le concert pour le chroniquer n’a plus qu’à tenter de s’asseoir sur un «  strapontin » de pierre tout au fond du fond du théâtre antique s’il ne veut pas déranger un public serré-serré dans les premiers rangs. Côté musique : concert magnifique. Jazz ? Non. Soul ! Urbainement soul ! Et même férocement soulfulness. Dans l’incantation davantage que dans la mélodie. Je ne suis guère sensible au disque, tout récemment paru (Currency of Man), de Melody Gardot. Mais là, il faut bien admettre que la scène transcende une galette excessivement produite (au détriment de l’âme ?) et éclaire la sourde noirceur de cette musique qui sue le macadam de Los Angeles. Les musiciens sont pour beaucoup dans la qualité d’un accompagnement toujours en juste retrait mais jamais anodin (Mitchell Long, notamment, compagnon de longue date, ici, royal). Surtout, c’est la voix de Melody Gardot qui achève de convaincre. Une telle maîtrise des timbres, une telle maturité d’expression, une telle occupation de l’espace scénique pour cette tout juste trentenaire, c’est tout simplement impressionnant ! Je fus de ceux qui découvrirent, il y a dix ans déjà, Some Lessons – The Bedroom Sessions, l’album qu’elle avait réalisé sur son lit d’hôpital. Au fil des années, j’ai vu naître une diva. Qui doit donc dorénavant prendre son envol artistique en restant d’abord elle-même. En dépit des conseils de son entourage.

Cyrille Aimée quartet. Avec Adrien Moignard et Michael Valeanu (guitares), Samuel Anning (contrebasse) et Rajiv Jayaweera (batterie). © 2015 Photo : Pascal Kober

Cyrille Aimée quartet. Avec Adrien Moignard et Michael Valeanu (guitares), Samuel Anning (contrebasse) et Rajiv Jayaweera (batterie). © 2015 Photo : Pascal Kober

Le soir même, retour à Cyrille Aimée dans un Club de minuit bondé et transformé en cocotte-minute. Cette fois, la chanteuse prend le large. Chorus toujours aussi orgasmique sur Nuit blanche et belle place laissée à ses complices. On retiendra notamment les (nombreux) sourires échangés entre les musiciens tout au long du concert, le jeu de guitare très lyrique de Michael Valeanu ainsi que la sûreté d’une rythmique d’origine australienne (le contrebassiste Samuel Anning et le batteur Rajiv Jayaweera) dont Cyrille Aimée va devoir se séparer puisque les deux musiciens retournent chez eux à l’issue de leurs études à New York. La cohésion de l’ensemble de la formation doit beaucoup à un répertoire longuement rôdé aux scènes des clubs de jazz américains. Faut-il le rappeler encore ? Oui, il faut le rappeler : Cyrille Aimée fut lauréate du concours de jazz vocal du festival de Montreux en 2007, finaliste de la Thelonious Monk international jazz competition en 2010 (elle interprètera d’ailleurs un remarquable arrangement de Well, you needn’t, un thème de Monk pas si facile à chanter) et a encore gagné la Sarah Vaughan international jazz competition en 2012. Moyennant quoi, avec encore pas moins de sept disques à son actif (!), son agenda de concerts est déjà bien rempli puisqu’il s’étale jusqu’en… juin 2016 ! Cet été, pourtant, parmi plusieurs dizaines de dates, à peine quatre se déroulaient en Europe dont… une seule en France ! Nul n’est prophète etc. D’ailleurs, sur Wikipedia, seule la version anglaise de l’encyclopédie en ligne consacre une fiche à Cyrille Aimée qui a pourtant grandi à Samois-sur-Seine, le village de Django Reinhardt… Bref, très bon choix de programmation, monsieur Kochoyan. L’an prochain pour un vrai set (et pas de découverte) au théâtre antique ?

Jon Faddis et le Stanford Jazz Orchestra. © 2015 : Photo : Pascal Kober

Jon Faddis et le Stanford Jazz Orchestra. © 2015 : Photo : Pascal Kober

Une semaine après cette soirée consacrée aux voix, retour à Vienne pour un retour au jazz. Un jazz finalement souvent absent de cette édition. Mais vous en connaissez beaucoup, vous, des festivals, où vous pouvez écouter gratuitement le grand trompettiste Jon Faddis avec les p’tits jeunes du Stanford Jazz Orchestra ? Moi pas. D’ailleurs, les grognons qui regrettent une certaine jazzophobie des soirées au théâtre antique (il est vrai qu’on a pu y voir… Pharrell Williams) feraient bien de se retourner vers les autres concerts de Jazz à Vienne. Tous gratuits. Avec de beaux concerts comme ceux de Clara Cahen, Laura Perrudin, le Magnetic Orchestra d’Anne Sila, Bernard «  Pretty » Purdie (qui a joué avec Dizzy Gillespie), Rhoda Scott ou encore Colin Vallon, excellent pianiste de la chanteuse helvético-albanaise Elina Duni.

Mon rédacteur en chef préféré vous dira tout sur les magnifiques concerts des Cookers avec Chico Freeman et des Messenger Legacy avec Benny Golson. Le théâtre antique n’a évidemment pas fait le plein ce soir-là. Impressionnant, quand même, de voir tant d’amateurs de jazz rassemblés pour écouter des musiciens qui, tous ensemble, représentent un si vaste pan de l’histoire de cette musique et ce, dans bien des formes d’expression.

Billy Harper, The Cookers. © 2015 Photo : Pascal Kober

Billy Harper, The Cookers. © 2015 Photo : Pascal Kober

Cette après-midi du jeudi 9 juillet, aucune difficulté pour réaliser quelques petites photos de famille avec les musiciens durant les balances des deux formations. On croisera même le pianiste Donald Brown des Messenger Legacy et Benny Golson, leur invité, au sound-check des Cookers. Comme au bon vieux temps, donc… Ce qu’il faut retenir de tels instants de grâce, c’est que le jazz se porte toujours mieux quand il sait cultiver l’amitié. Alors, avec les quotidiens helvétiques, avec les représentants de journalistes, jetons encore une fois le pavé dans la mare : y’en a marre ! Et que l’on ne me dise pas qu’il s’agit là d’une fronde corporatiste. Arnaud Robert concluait son éditorial dans Le Temps par ce vibrant appel : « (…) médias et photographes ont un intérêt commun à défendre : pouvoir rapporter librement une histoire de la musique ». Et en effet, il s’agit bien de ça. De notre mémoire. Et de rien d’autre.

Terri Lyne Carrington. Jazz à Vienne. © 1990 Photo : Pascal Kober

Terri Lyne Carrington. Jazz à Vienne. © 1990 Photo : Pascal Kober

Il était temps que les journaux d’information générale s’emparent de ce débat (l’hebdomadaire Télérama s’y est également mis cet été sous la plume de Cécilia Sanchez ; c’est à lire en cliquant ici). D’autant que ledit débat est (hélas) déjà fort ancien. Dans une exposition de 1998, Jazz(s), mes amours, mes voyages, je légendais ainsi l’une de mes images : « Terri Lyne Carrington. Jazz à Vienne, France, 1990. Un tout petit coin de parasol. La belle « batteuse » était venue s’y relaxer après son sound check avec Stan Getz. Demain, de telles photos seront-elles encore réalisables ? Ces scènes intimistes, vécues en toute amitié avec les musiciens, sont en effet de plus en plus difficiles à saisir en raison de la volonté hégémonique des tour managers de contrôler l’image de leur artiste. Dans dix ans, que restera-t-il de la mémoire photographique du jazz si de telles pratiques devaient se développer ? » Dix-sept ans après, je vous le confirme, la mémoire photographique du jazz est bel et bien en lambeaux… En 1996, Jean-Paul Boutellier, fondateur et alors patron de Jazz à Vienne, avait célébré les quinze ans du festival qu’il avait créé en publiant Jazz, la photographie, un beau livre collectif, merveilleusement commenté par les textes sensibles de l’ami Robert Latxague et illustré avec les images de vingt-six photographes (dont de grands noms comme Birraux, Desprez, Etheldrede, Gignoux, Le Querrec, Leloir, Rose et consorts). Amis du jazz, feuilletez-le. Aujourd’hui encore. On le trouve à acheter d’occasion et aussi dans ces beaux services publics que sont les bibliothèques. Feuilletez-le et, avec nous, jetez vous aussi votre pavé dans la mare : sur plus de deux cents photos publiées dans cet ouvrage, près des deux tiers ne seraient aujourd’hui tout simplement plus réalisables. CQFD.

Jazz, ta mémoire fout l’camp ! Cry me a River…

Texte et photos : Pascal Kober

Chronique parue dans le numéro 673, daté automne 2015, de la revue Jazz Hot.

 

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Reportages | Laisser un commentaire  

Festivals de musique : la photo de presse menacée

Terri Lyne Carrington. Jazz à Vienne, France, 1990. © Photo : Pascal Kober

Terri Lyne Carrington. Jazz à Vienne, France, 1990. © Photo : Pascal Kober

Après La Tribune de Genève, le quotidien helvétique Le Temps publie ce matin un long article ainsi qu’un éditorial saignant sous la plume d’Arnaud Robert. Évoquant les conditions de travail de plus en plus ubuesques imposées aux photojournalistes qui couvrent les festivals de musique (notamment à Montreux et au Paléo ; mais la situation empire tout autant en France), l’auteur achève son texte par ce vibrant appel : «  (…) médias et photographes ont un intérêt commun à défendre : pouvoir rapporter librement une histoire de la musique ». Et en effet, il s’agit bien de ça. De notre mémoire. Et de rien d’autre. Il était temps que les journaux d’information générale s’emparent de ce débat (l’hebdomadaire Télérama s’y est également mis cet été sous la plume de Cécilia Sanchez). D’autant que ledit débat est (hélas) déjà fort ancien. Dans une exposition de 1998, Jazz(s), mes amours, mes voyages, je légendais ainsi l’image qui illustre ce billet  : «  Terri Lyne Carrington. Jazz à Vienne, France, 1990. Un tout petit coin de parasol. La belle « batteuse » était venue s’y relaxer après son sound check avec Stan Getz. Demain, de telles photos seront-elles encore réalisables ? Ces scènes intimistes, vécues en toute amitié avec les musiciens, sont en effet de plus en plus difficiles à saisir en raison de la volonté hégémonique des tour managers de contrôler l’image de leur artiste. Dans dix ans, que restera-t-il de la mémoire photographique du jazz si de telles pratiques devaient se développer ?  » Dix-sept ans après, je vous le confirme, la mémoire photographique du jazz est bel et bien en lambeaux…

Pascal Kober
25 juillet 2015

 

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Photo, Presse | 5 commentaires  

Cyrille Aimée au festival de jazz de Vienne

Elle est estampillée « set découverte » de cette édition du festival Jazz à Vienne et n’a donc droit qu’à vingt-cinq minutes de concert sur la grande scène du théâtre antique face aux cinq ou six mille spectateurs venus écouter Melody Gardot. Sacré défi ! Gagné haut la main avec une standing ovation après son chorus, proprement époustouflant, sur sa propre composition, Nuit blanche. Une chronique à lire dans le numéro d’automne de la revue Jazz Hot en cliquant ici. Et en attendant, voici quelques images de la soirée et de son deuxième concert, plus intime, au Club de minuit…

Voir également l’entretien que Cyrille Aimée a accordé à Jérôme Partage pour la revue Jazz Hot parue au printemps 2016 en cliquant ici.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Festivals, Musiques | Laisser un commentaire  

C’était Eddy

Eddy Louiss (orgue). 1941-2015 Festival de jazz de Grenoble (France). Mars 1988

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eddy Louiss (orgue). 1941-2015
Festival de jazz de Grenoble (France)
© 1988 Photo Pascal Kober

Hors de l’eau un orgue a surgi
C’est pas Nemo
C’est Eddy

À l’horizon, l’orgue se hisse
Ho hisse et ho
C’est Louiss

Claude Nougaro lui avait dédié une chanson : C’est Eddy. C’était dit. Tout est dit. En 1971, sur son album Sœur âme. Et sur une musique d’Eddy Louiss, évidemment. Jeu avec les mots. Comme les aimaient Claude. Quel autre musicien français de jazz peut aujourd’hui se vanter d’être le sujet-même d’un texte écrit par Nougaro ? Cet organiste à la carrure de Gargantua a accompagné aussi bien Jane Birkin que les Double Six, Stan Getz ou Henri Salvador et c’est le grand Michel, Legrand, qui l’avait présenté à Claude Nougaro. J’ai rencontré Eddy à plusieurs reprises, comme ici, en mars 1988 au festival de jazz de Grenoble. Deux ans plus tard, au festival Jazz à Vienne, pour un concert qu’il avait donné  avec son Multicolor Feeling, il avait défié l’un des plus monstrueux orages qui se soit jamais déversé sur le théâtre antique de la vieille cité romaine. Dans ma chronique pour la revue Jazz Hot, j’écrivais alors : « Samedi 30 juin. 20 h 45. Dernière note du chorus de basse de Marc Michel. La reprise du premier thème d’Eddy Louiss est saluée par un gigantesque coup de tonnerre. Les soixante cuivres du Multicolor Feeling se passent de sono. Sur les gradins du théâtre antique, cinq mille spectateurs tentent l’exorcisme. Règle du jeu : on ne bouge pas, ça va s’arranger. Pendant que l’on assèche la scène, Dizzy Gillespie envoie quelques notes depuis sa loge avec un micro HF. Les spectateurs, eux, sont restés. Le public de Jazz à Vienne est formidable. »

Eddy nous a quittés ce mardi 30 juin 2015. Salut l’artiste…

Pascal Kober

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Anne Sila : une fraîcheur solaire

Réactualisation du mardi 2 août 2016  : Anne Sila sera, avec son Magnetic Orchestra, au programme de la dix-septième édition du festival international de jazz de Tanger, au Maroc, du 22 au 25 septembre 2016. Courez-y. D’abord parce que Tanjazz est un bel événement (voir ma chronique en cliquant ici) et ensuite parce que cette année, Philippe Lorin a concocté une programmation entièrement consacrée au jazz au féminin, toujours très éclectique et qui sort des sentiers battus par les autres festivals. Avec, entre tant d’autres, Gaëlle Buswel, Terri Lyne Carrington, Grainne Duffy, Florence Fourcade, AyseDeniz Gokcin, Ada Montellanico, Andrea Motis, une autre Anne (Paceo), Susana Sawoff, Nina van Horn ou encore Anne Wolf. Le programme complet est disponible en cliquant ici.

Réactualisation du vendredi 15 mai 2015 : Anne Sila sera l’une des invités du pianiste Jacky Terrasson à l’Olympia le mardi 9 juin 2015. En compagnie (notamment) du trompettiste Stéphane Belmondo, du guitariste Marcio Faraco et de la chanteuse Cecile McLorin-Salvant, l’une des plus belles découvertes de ces dernières années en jazz vocal.

Anne Sila. Esplanade Saint-Vincent. Festival Jazz à Vienne. Dimanche 8 juillet 2012. © Photo : Pascal Kober.

Elle a le sourire lumineux. Au point qu’Anne Sila est qualifiée de « solaire » par Éric Torlini, directeur artistique du festival Couleur Jazz. Solaire ? Le concert d’Anne témoigne pourtant d’abord d’une indéniable fraîcheur, conjuguée à une étonnante maturité pour une si jeune musicienne. Ce sourire lumineux évoque la douce clarté d’une aurore estivale du Grand Nord. À l’orée d’une quasi-nuit qui tarde un peu à s’échapper et d’un jour qui aspire à poindre. Un diapason septentrional qui s’accorde bien à la voix d’Anne. Encore un tantinet ancrée dans un solide enseignement musical qu’elle subvertit toutefois déjà pour expérimenter les itinéraires de ses prochaines aventures. Bref, la voie d’une voix qui, demain, en conjuguant ses multiples talents, pourrait bien compter dans le monde du jazz vocal. En prémices d’une promesse : joli filet et léger voile (qui rappelle parfois une Lisa Ekdhal ; minauderies en moins), finesse extrême du phrasé, et ce délicat murmure dont elle joue à merveille (comme sur My foolish heart), à l’instar de la grande Betty Carter, mais sur un registre moins spectaculaire. Enfin, ce souffle apprivoisé que n’aurait pas renié un Stan Getz. Pour Couleur Jazz, Anne Sila a choisi un trio qui sait rester au service de son chant mais qu’elle n’hésite pas à solliciter : François Gallix aux graves fondateurs, Benoît Thevenot, qui tricote un bel écrin pianistique au lyrisme juste contenu, et à la batterie, Nicolas Serret, au jeu tout à la fois discret et d’une redoutable efficacité. Littéralement emportée par le combo, Anne Sila s’envole sur un répertoire aux tempos rapides, faisant montre d’une parfaite maîtrise rythmique, d’un joli sens de l’harmonie qui lui permet quelques improbables échappées dans des chorus très enlevés et d’un contact enjoué avec son public qu’elle met d’ailleurs à contribution lors d’un bis sur Route 66. À peine regrettera-t-on l’absence d’une ou deux ballades supplémentaires qui nous aurait permis d’écouter la belle dans un contexte plus intime. Mais on se console avec cette magnifique composition de sa plume autour du poème de Victor Hugo Demain, dès l’aube, qui a déjà des allures de futur standard du French songbook ;-) Anne revient ici au violoncelle, son premier instrument. Et elle y est radieuse. Comme si celui dont on dit que sa tessiture est la plus proche de celle de l’âme humaine pouvait lui ouvrir d’autres portes pour un singulier duo. Un concert comme un petit bonheur…

Pascal Kober
Renifleur du temps
Samedi 28 avril 2012 

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Portraits | Laisser un commentaire  

Disparition de B. B. King : le blues de Lucille

B. B. King au festival Jazz à Vienne. Mardi 1er juillet 1997. © Photo : Pascal Kober

B. B. King au festival Jazz à Vienne. Mardi 1er juillet 1997. © Photo : Pascal Kober

Le grand musicien de blues nous a quittés le 14 mai 2015 à l’âge de 89 ans.

Lucille, sa célèbre guitare, gently weeps

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Happy birthday Jazz Hot!

Les 28 et 29 mars dernier, la doyenne internationale des revues de jazz fêtait ses 80 ans derrière le Moulin Rouge à Paris, dans l’antre de Boris Vian (qui fit partie de notre rédaction dans les années 1950). La fête a vu passer de nombreux amis des mondes du jazz et de tout aussi nombreux musiciens comme Ellen Birath (chant), Daniel Chauvet (contrebasse), Philippe Desachy (saxophone baryton), Jean-Yves Dubanton (guitare), Bonney Fields (trompette), Ricky Ford (saxophone tenor), Agathe Iracema (chant), Michel Laplace (trompette), Kirk Lightsey (piano, ci-contre), Isabella Lundgren (chant), Gérard Naulet (piano), Lia Pale (chant), Michel Pastre (saxophone tenor), Mathias Rüegg (piano), etc. Voir la petite galerie ci-dessous dans laquelle un photographe facétieux a inopinément glissé trois images en forme de clin d’œil ;-) Saurez-vous les retrouver ?

Un anniversaire à poursuivre avec Delaunay’s Dilemma, une exposition consacrée à l’oeuvre de Charles Delaunay, fondateur de Jazz Hot, qui montre notamment ses Noirs au blanc, saisissants portraits de musiciens réalisés dans les clubs. L’accrochage dévoile également les coulisses de la naissance de la première revue de jazz du monde, créée en 1935.
Jusqu’au 11 avril 2015 à la Fond’action Boris Vian, 6 bis cité Véron, 75018 Paris. Entrée libre.

Pascal Kober

Pour en savoir plus sur cet anniversaire et sur la revue, voir le site Internet de Jazz Hot.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Carmen Souza : transatlantique !

Carmen Souza, La Faïencerie. © 2015 Photo : Pascal Kober

Elle est née à Lisbonne, mais ses parents sont originaires du Cap Vert, au large du Sénégal. C’est donc tout naturellement que Carmen Souza interprète Sodade de Cesaria Evora (bien sûr), mais aussi Song for my father de Horace Silver dont le père était également issu de Dja r’Ma, l’île de Maio, située au sud de l’archipel.

Rien de très orthodoxe toutefois dans les relectures de cette chanteuse à la voix délicieusement polymorphe. Quand le jazz est là, la morna de Sodade ne s’en va pas. Elle se dévergonde en flirtant nonchalamment avec la note bleue dans une harmonisation qui joue le jeu d’un équilibriste dont le fil serait tendu entre deux mondes. Quant à la chanson pour son papa, elle prend fort justement ces couleurs latines qu’on ne lui connaissait guère. Ou pas à ce point.

Ce pont entre un Portugal du vieux continent et le nouveau monde des Amériques via les îles atlantiques est très intelligemment bâti par un directeur musical d’exception. Theo Pas’cal est bassiste. Excellent bassiste. Mais pas seulement. Theo est également un remarquable  arrangeur qui accompagne les voyages vocaux de Carmen Souza depuis treize ans déjà. Une complicité dont on mesure la rareté à chaque instant de leur concert. Remarquablement accompagné par le Britannique Aidan Glover au piano et Elias Kacomanolis, un percussionniste né au Mozambique qui fait preuve d’une belle finesse, ce quartet-là vous embarque de bout en bout pour un voyage au (très) long cours.

Une nouvelle belle découverte d’Élisabeth Mathieu qui dirige la Faïencerie, cette petite salle de l’agglomération grenobloise (à La Tronche). En 2013 déjà, elle programmait Youn Sun Nah, quelques mois à peine avant que la chanteuse coréenne ne rassemble plus de sept mille personnes à Jazz à Vienne. C’est bien là tout le bonheur que l’on peut aujourd’hui souhaiter à Carmen Souza et à ses musiciens !

Pascal Kober
Renifleur du temps

Site Internet de Carmen Souza

Site Internet de la Faïencerie

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Musiques, Photo, Reportages | Laisser un commentaire  

Musée Hector-Berlioz : du phonographe à Internet

Attention : exposition madeleine (de Proust) ! Et qui ravira tous les publics, ce qui ne gâte rien… Chacun, en tout cas, y réveillera ses propres premiers émois musicaux. Le magnétophone à bandes pour ce qui me concerne. J’avais quatorze ans et mon premier salaire de «  manard » dans la métallurgie fut investi dans un Grundig TK146. Pour vous, ce sera peut-être l’ancêtre de l’autoradio, le juke-box de vos folles soirées adolescentes, le Walkman qui accompagnait vos randonnées en montagne ou, pour les plus jeunes de nos lecteurs, l’iPod qui, en 2001, a révolutionné le stockage (bouh, le vilain mot…) de la musique. Bref, exposition jubilatoire que celle concoctée par Chantal Spillemaecker et Antoine Troncy, avec l’aide de nombreux collectionneurs privés qui ont prêté ou déposé au musée de véritables trésors. Du matériel destiné à la reproduction du son, donc, depuis le phonographe à (énorme) pavillon jusqu’au site Internet Qobuz en passant par les radios en bakélite. Le tout méticuleusement contextualisé (et mis en sons) afin de mieux comprendre les progrès techniques qui mènent de l’enregistrement sur un fil métallique ou sur du… noir de fumée (!) jusqu’à la dématérialisation de nos fichiers mp3 actuels. Sans oublier les bouleversements culturels induits par ces innovations. Et ils sont nombreux !

Pascal Kober

Jusqu’au 30 septembre 2015 au musée Hector-Berlioz à La Côte-Saint-André (Isère).

Share
Publié dans Arts, Musiques | Laisser un commentaire  

Les neiges du désert

À l’Occident de l’Orient, un hiver dans le djbel Sarhro. Des tirages en très grand format à découvrir (avec les peintures de Nassera Bouziane et de Christian Keramidas, ainsi que les photographies de Sahbi Hamada) jusqu’au samedi 31 janvier 2015, du mardi au samedi, de 13 h à 20 h, à la galerie More Art Tea, que vient d’ouvrir Isabelle Colbrant, au 41 rue Lesdiguières à Grenoble.

Scans : Yannick Brisquet, Glénat Production, Grenoble.
Tirages : Ludovic Fortoul et Jean-Louis Mathieu, Atelier Photo 38, Grenoble.

Ces neuf photographies ont été réalisées en février 1992 dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour de Tizi n’Ouarg (province de Ouarzazate, Maroc). Elles ont, pour partie, été publiées dans un reportage paru dans le numéro 14 de la revue L’Alpe.

Share
Publié dans Alpes d'ici et d'ailleurs, Exposition, Photo, Reportages, Voyages | Laisser un commentaire  

La Radio Télévision Suisse aime L’Alpe

Le numéro d’automne de la revue a été présenté dans l’émission Détours de la Radio Télévision Suisse, via un entretien d’une dizaine de minutes avec Madeleine Caboche, son animatrice. L’émission peut-être écoutée, podcastée ou téléchargée ici. La séquence concernant les excentriques, fadas et autres rêveurs, objets du dossier de ce numéro, démarre aux alentours de 43′ mais il ne faut par rater la première partie qui évoque la vie de Pierre Martelanche, un vigneron de la côte roannaise qui était également artiste brut. Cette partie se conclut par une rencontre avec André Robillard, un étonnant personnage parlant… martien (!), découvert par Jean Dubuffet en 1965 et dont la Collection de l’art brut de Lausanne et le théâtre de Vidy (canton de Vaud, Suisse) présenteront deux expositions du 28 novembre au 18 décembre 2014 (et jusqu’au 19 avril 2015 à Lausanne).

Share
Publié dans Alpes d'ici et d'ailleurs, Arts | Laisser un commentaire  

Elounda : impressions crétoises (Cretan’s mood)

Les environs d’Elounda sont l’un de ces rares endroits au monde où l’on peut nager au cœur même de ruines millénaires. Cette civilisation minoenne engloutie m’a touché. Dans les eaux cristallines de l’ancienne cité d’Olous, j’ai rencontré une sirène. Pas sûr que ce soit Artemis Vritomartis, mais je suis convaincu qu’il y a là un lien avec la magie et la beauté de ces côtes crétoises. Seule Lida sait que seul le poisson sait… La prochaine fois, nous emporterons un verre de vin (crétois) pour marcher le soir venu autour de l’île…

Elounda Island Villas’ surroundings are one of these rare spots in the world where you can swim into the very heart of millenarian ruins. Minoan civilization touched me ! In the crystal waters of the ancient city of Olous, I had a rendezvous with a mermaid ! Not sure if it was Artemis Vritomartis. But I’m convinced that it has something to do with the magic and the beauty of this little hidden paradise of Cretan coast. Only Lida knows that only the fish knows (everything)… Next time, we’ll have a walk together during the night around the island with a glass of Cretan wine ;-)

 

Share
Publié dans Voyages | Laisser un commentaire  

Disparition : Charlie Haden

Le contrebassiste américain nous a quittés hier. Un merveilleux musicien dont le jeu, tout de sobriété, se situait aux antipodes des rodomontades véloces de certains bassistes de jazz. De son bel itinéraire musical autour de la note bleue, particulièrement aventureux et toujours curieux de tout, je retiens notamment sa création à la fin des années 1960, avec la pianiste Carla Bley, du Liberation Music Orchestra ; ainsi qu’un merveilleux thème, Silence, qu’il avait écrit sur un disque enregistré pour ECM en 1980 avec le saxophoniste norvégien Jan Garbarek et le guitariste brésilien Egberto Gismonti. J’avais rencontré Charlie Haden à plusieurs reprises et notamment à Vienne en 1988 (image ci-dessous). Salut l’artiste…

Charlie Haden (1937-2014). Festival Jazz à Vienne (juillet 1988). Photo : Pascal Kober.

Charlie Haden (1937-2014). Festival Jazz à Vienne (juillet 1988). Photo : Pascal Kober.

Le site Internet de Charlie Haden est là.

L’article de Wikipedia sur le contrebassiste est très bien documenté.

Voir aussi les numéros 279 (paru en 1972), 446 (paru en 1987), 512 (paru en 1994) et 560 (paru en 1999) de la revue Jazz Hot.

 

Share
Publié dans Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Exposition : dans les coulisses de Jazz à Vienne

Dans les coulisses de Jazz à Vienne

Plus de vingt ans maintenant que  je me glisse dans les coulisses des grands festivals de jazz de la planète pour conter la note bleue aux lecteurs de Jazz Hot, la doyenne des revues de jazz, créée en 1935 à Paris par  Charles Delaunay et Hugues Panassié.

De Pointe-à-Pitre à Saint-Petersbourg en passant par Anvers, Istanbul, Montreux, Stockholm ou Tanger, mes amours, mes voyages sont là. Plus proches aussi parfois, comme au festival Jazz à Vienne. Ici, les Alpes viennent tremper leurs pieds dans un Rhône qui étale langoureusement ses méandres, enlaçant la belle colline sur laquelle est bâti un théâtre antique. Depuis plus de trente ans, les vieilles pierres romaines accueillent durant la première quinzaine de juillet les meilleurs musiciens de jazz du monde, venus y jouer devant une tapisserie d’humanité (© Claude Nougaro ;-) composée de plus de sept mille spectateurs.

C’est dans ce lieu magique que la vingtaine d’images de cette exposition, soigneusement sélectionnées et somptueusement tirées par Ludovic Fortoul et Jean-Louis Mathieu, ont toutes été réalisées. Des scènes souvent intimistes, vécues en toute amitié avec les musiciens, mais qui sont de plus en plus difficiles à saisir en raison de la volonté affirmée de l’entourage des artistes de contrôler leur image. Alors même que sept mille spectateurs déclenchent sept mille fois leurs sept mille téléphones portables dans les gradins du théâtre antique… Vous avez dit « paradoxe » ?

Demain, que restera-t-il de la mémoire photographique du jazz ?

Expositions à Grenoble du mercredi 25 juin au samedi 6 septembre 2014 sur deux sites en vis-à-vis l’un de l’autre :
L’Atelier photographique 38, 104 cours Jean-Jaurès. 04 80 38 55 93. 
• L’Aiglon, 1 rue Camille-Desmoulins. 04 76 17 06 83.

Et pour entrer, par les mots et par les images, dans les coulisses de la préparation de cette exposition sur les coulisses de Jazz à Vienne ;-) deux liens Internet :

• Sur France 3, voir le reportage télé d’Isabelle Colbrant et d’Yves-Marie Glo.

• Sur France Bleu, écouter le portrait radio réalisé par Michèle Caron. 

 

Share
Publié dans Exposition, Festivals, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Mélanie de Biasio au palais idéal du facteur Cheval

Au pied de l’alpe est un palais. En ce palais sont des artistes. Ferdinand Cheval, facteur de son état, imaginait-il que son fameux palais idéal deviendrait lieu de rassemblement de tous les amoureux de l’art brut ? Imaginait-il qu’une directrice férue de culture, d’art et de musique, inciterait d’autres créateurs à s’exprimer dans cette improbable œuvre d’art qui chatouille les falaises du Vercors toutes proches ? Marie-José Georges l’a fait. Et diablement bien fait ! En 2012, avec une installation de Niels Udo ou encore avec Titouan Lamazou. Cette année (jusqu’au 29 juin) avec une surprenante création de Bernard Pras, un artiste qui, à partir de matériaux hétéroclites, a redessiné un portrait du célèbre facteur, visible depuis un seul point de vue, un peu à la manière d’un Georges Rousse. Le site et l’installation de Bernard Pras mériteraient à eux seuls le détour, mais ce cadre magique et ses nuits étoilées se prêtent également bien au spectacle. Le palais idéal du facteur Cheval accueille donc cet été une série de sept concerts. Aux côtés de valeurs sûres comme Maxime Le Forestier (le 5 juillet) ou Suzanne Vega (le 10 juillet), Marie-José Georges a pris le risque d’inviter aussi quelques jeunes pousses comme Mélanie de Biasio (photos du concert ci-dessous) que j’avais eu le privilège de découvrir en 2011 dans ses premières œuvres, déjà très prometteuses, au festival de jazz de Tanger (Maroc). Avec son dernier disque, No deal, intimiste à l’image du léger voile de sa belle voix grave, toute de délicatesse et de sensibilité à fleur de peau, la jeune vocaliste fait beaucoup parler d’elle en ce moment chez mes confrères journalistes. Conseil d’ami : si elle passe par chez vous (Marciac en août prochain) ne la ratez pas !

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Retour de l’aquarium (épisode 2 !)

Le numéro de juillet du magazine Chasseur d’Images est chez votre marchand de journaux depuis ce matin. J’y signe, en prélude à vos futures escapades estivales (et néanmoins aquatiques ;-) les textes et les images d’un dossier de dix pages sur les meilleures manières de réaliser des photographies sous-marines sans bouteille ni combinaison de plongée. Difficulté : néant. Plaisir : total. À vous de jouer ! D’autres images ? En cliquant ici.

Share
Publié dans Photo, Reportages, Voyages | Laisser un commentaire  

Les Alpes de Doisneau au Japon

Les Alpes de Doisneau au JaponAprès avoir enchanté plus de cent mille visiteurs au musée de l’Ancien Évêché à Grenoble, l’exposition Les Alpes de Doisneau (à laquelle j’ai apporté ma modeste contribution et qui avait fait l’objet d’un beau livre et d’un coffret parus aux éditions Glénat ; voir le numéro 58 de la revue L’Alpe) est présentée depuis aujourd’hui et jusqu’au 15 juin 2014 au musée de Kōriyama (dans la région de Fukushima) avant d’être accrochée à la fin de l’été au K*MoPA, le musée des arts photographiques de Kiyosato, dirigé par le grand photographe Eikoh Hosoe, dans l’ile d’Hokkaidō, la plus septentrionale de l’archipel.

Share
Publié dans Alpes d'ici et d'ailleurs, Photo | Laisser un commentaire  

Jean-François Bauret

Il avait croqué Klaus Kinski et Serge Gainsbourg. Mais aussi tant d’anonymes dont il savait tirer le portrait, nu souvent, en noir et blanc tout aussi souvent, avec cette délicatesse dans le regard qui n’appartenait qu’à lui. Jean-François Bauret nous a quittés à l’âge de 82 ans, ce 2 janvier 2014. Il y a tout juste vingt ans, j’avais rencontré ce photographe tendre et délicieux dans son atelier de la rue des Batignolles, à Paris, pour un entretien publié par le magazine Grands Reportages en mai 1994, mais resté en grande partie inédit. Extraits :

Adepte du beau tirage noir et blanc, portraitiste du désir, Jean-François Bauret ne peut être suspecté de collusion avec ces ânes d’ordinateurs, bâtés de 0 et de 1. Pourtant, dans son home studio du dix-septième arrondissement, foisonnant de centaines d’objets de bois, de terres et de peaux, au milieu d’un monde organisé autour de l’organique et du souvenir, trône un Macintosh Quadra. L’informatique « Mais, c’est très simple ! Bits et pixels, compression et décompression, des câbles partout, les photographes ont été très affolés par le numérique. Noyés dans un discours qui leur était étranger. Mais le photographe de l’an 2000 ne sera pas différent de celui de de 1900. Pour lui, il sera toujours plus important d’aller voir Velasquez au Prado que de se rendre dans les salons professionnels pour parler de technique. »

« J’aime ce mystère de la photographie qui fait que l’émotion traverse l’objectif et va s’installer sur la pellicule. Le photographe doit être quelqu’un qui respecte et qui accueille. Un passeur, comme un bambou creux en Orient, un passeur de vie : je vais aider cette personne à émettre ce qu’elle a en elle, sa sensibilité, son émotion… 

«  Je fais une énorme différence entre le reportage qui relève quand même un peu de la photo volée et le portrait où il y a une vraie communication avec la personne photographiée. Soit le désir vient de moi, soit le désir vient de l’autre, mais dans tous les cas, il y a cette connivence entre deux désirs. C’est comme une déclaration d’amour. 

«  Ma femme est bien meilleure photographe que moi. Parce qu’elle a cette spontanéité qui fait qu’elle sort son appareil et qu’elle déclenche au bon moment. Je suis très souvent touché par la vraie photo simple, celle qui n’a aucune prétention artistique, cette photo-souvenir venant à un instant qui tombe juste. C’est un petit peu comme quand tu fais l’amour. Est-ce que tu vas réfléchir ? Est-ce qu’il faut que je mette ma main là ? Que je titille le bout de sein ici ? Je ne sais pas si tu feras bien l’amour si tu es dans ces dispositions. Ta main se placera tout à fait naturellement parce qu’il y a, en face, un besoin pour qu’elle se place là. C’est l’inexplicable de la relation humaine : la justesse qui tombe au bon moment. Ce qui suppose de se laver l’esprit des deux côtés. En tant que photographe et en tant que modèle. »

À Claude, sa dame, pensées…

Le site Internet de Jean-François Bauret

L’une de ses dernières expositions à la galerie Baudoin-Lebon

L’une de ses dernières interview en vidéo 

Share
Publié dans Photo | Laisser un commentaire  

Lia Pale : un voyage hivernal

C’est au pied des Alpes que le compositeur autrichien Franz Schubert (1797-1828) a écrit son Winterreise, probablement son cycle de lieder le plus désespéré. C’est au pied des Alpes encore qu’officie le pianiste et arrangeur Matthias Rüegg, créateur, en 1977, du Vienna Art Orchestra, un big band qui a chamboulé bien des frontières musicales dans le monde du jazz. C’est au pied des Alpes, enfin (à côté de Linz), qu’est née Lia Pale, jeune vocaliste qui, dans ce disque étonnant, s’attache à effectuer ce voyage hivernal de façon proprement inouïe. Les puristes vont probablement hurler. Les autres ne peuvent que tomber sous le charme de cette voix limpide et précise. Pas celle d’une artiste lyrique ni celle, aux accents plus marqués, d’une chanteuse de jazz : ici, on évolue en permanence entre hommage respectueux et habiles détournements réalisés avec une rare culture musicale. L’écoute consécutive des originaux de ces courts lieder (par exemple dans la version de Barbara Hendricks accompagnée au piano par Love Derwinger) et de leur relecture par Lia Pale et Matthias Rüegg permet de mesurer à quel point ce voyage sillonne tout autant les chemins de la musique populaire américaine que ceux de la tradition savante européenne. Comme une manière de synthèse entre deux univers généralement opposés dans la perception qu’en a le public. Et alors même que les passerelles peuvent être nombreuses dès lors qu’elles sont bâties avec intelligence. Jamais prédatrice, l’interprétation de Lia Pale sidère par sa justesse de ton. Une réussite par ailleurs complétée d’un livret magnifiquement illustré comme l’industrie du disque en produit hélas de moins en moins. Chapeau, les artistes !

Gone too far. Par Lia Pale (chant, piano), Ingrid Oberkanins (percussions), Hans Strasser (basse), Harry Sokal (cuivres) et Matthias Rüegg (piano). 2013. CD EmArcy 0602537296613 (distribution Universal Music). Site Internet : www.liapale.net

Chronique publiée dans le numéro 63, daté hiver 2014, de la revue L’Alpe.


Share
Publié dans Disques, Musiques | Laisser un commentaire  

Retour de l’aquarium : les Maldives autrement

Navigation dans les Maldives à bord du Koimala. Atoll de Felidhe (Vaavu). Photo : Pascal Kober

Navigation dans les Maldives à bord du Koimala. Atoll de Felidhe (Vaavu). Photo : Pascal Kober

Les Maldives ne se résument pas aux îles-hôtels totalement isolées de la vraie vie du pays. Pour découvrir cet archipel autrement, direction l’extrême sud, de l’autre côté de l’Équateur, à l’Equator Village sur l’île de Gan, dans l’atoll d’Addu, alors en pleine période électorale pour les élections présidentielles de septembre 2013. Puis retour dans le nord pour une navigation à bord du Koimala, un dhoni permettant de réaliser quelques belles randonnées subaquatiques avec palmes, masque et tuba dans les eaux des atolls de Male sud et de Felidhe (Vaavu). Air, terre, mer et bleus… Images :

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

 Air

 

 Terre

 

Mer

Que les ichtyophiles passionnés qui repèreraient des erreurs dans les légendes des images n’hésitent pas à les signaler

 

 Bleus

 

Contacts ? Informations ? Ici.

À faire : pour un voyage en famille, un joli circuit est proposé par le voyagiste Terres d’Aventure.

À lire : dans le numéro de juillet 2014 du magazine Chasseur d’Images, je signe les textes et les images d’un dossier de dix pages sur les meilleures manières de réaliser des photographies sous-marines sans bouteille ni combinaison de plongée. Difficulté  : néant. Plaisir  : total. À vous de jouer  !

À voir : Océans et Le peuple des océans. Le film, mais surtout les quatre remarquables documentaires de 52 minutes, réalisés et scénarisés en 2009 par Jacques Cluzaud et Jacques Perrin (mais oui, le petit matelot amoureux de Catherine Deneuve dans Les demoiselles de Rochefort !). En 2001, Andy Byatt et Alastair Fothergill ont également réalisé La planète bleue pour la BBC. Une série de documentaires aux images époustouflantes qui ont fait l’objet d’une suite, encore plus spectaculaire, en 2018.

À fuir : Atlantis de Luc Besson (1991). Une boursouflure vaine sur une «  musique » pléonastique d’Éric Serra.

Share
Publié dans Photo, Reportages, Voyages | Laisser un commentaire  

Marcus Miller au festival des Enfants du jazz

À Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), se déroule chaque année depuis 19 ans un festival qui fait la part belle aux enfants avec des stages de jazz (cette année sous la houlette d’Agathe Iracema pour le chant, de Guillaume Naturel et de bien d’autres). Conclusion en fanfare pour l’édition 2013 avec un Marcus Miller qui a longuement discuté avec les enfants en prélude à son concert avant de les inviter sur le plateau pour son deuxième rappel sur une reprise de Tutu mêlé d’un Come together des Beatles et de poursuivre par un bœuf au club du bar Le Choucas. Chapeau l’artiste ! J’en connais qui sont repartis avec de beaux souvenirs !

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Les Alpes de Doisneau avec… Melody Gardot !

J’animerai une petite causerie sur les Alpes de Doisneau au centre Séolane de Barcelonnette (Ubaye, Alpes-de-Haute-Provence) ce mercredi 24 juillet à 20 h 45 (entrée libre ; office du tourisme de Barcelonnette : 04 92 81 04 71).

Melody Gardot, Grenoble 2012

Melody Gardot. 13 novembre 2012. Photo : Pascal Kober

PS spécial coup de cœur (et qui n’a rien à voir) : le lendemain de ma causerie, la chanteuse américaine Melody Gardot se produira au même endroit, dans le cadre du festival Les enfants du jazz, au cœur du beau parc du musée de la Vallée. Un écrin de sapins entourés de montagnes qui devrait séduire la jeune musicienne (elle n’a pas trente ans). Melody Gardot a magistralement tricoté son dernier album (The absence) dans une sorte de sea movie entre Portugal, Maroc, îles du Cap Vert et Brésil. En somme, et pour faire écho à l’épopée des Mexicains de Barcelonnette, une autre traversée transatlantique qui vous transportera à coup sûr. Car nul ne peut résister à la belle maturité musicale de cette grande voyageuse…

PPS. Pour ceux qui n’aurait pas encore vu l’exposition Doisneau du musée de l’Ancien Évêché, à Grenoble, je rappelle qu’elle a été exceptionnellement prolongée jusqu’au dimanche 1er septembre et devrait fêter son cent millième visiteur (!) dans le courant du mois d’août avant de partir pour le… Japon.

Share
Publié dans Exposition, Festivals, Gourmandises, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Youn Sun Nah à Jazz à Vienne

Les sept mille spectateurs du théâtre antique de Vienne sont tombés sous le charme du chant proprement inouï de Youn Sun Nah qui se produisait en quartet (avec Vincent Peirani à l’accordéon, Simon Tailleu à la contrebasse et Ulf Wakenius à la guitare) juste avant Avishai Cohen, le vendredi 12 juillet, lors de l’édition 2013 du festival de jazz de Vienne.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Esperanza Spalding, Radio music society

Dans le cadre des Estivales en Savoie, le château des ducs, à Chambéry, accueille chaque été depuis dix ans quelques concerts de jazz à entrée libre avec de très belles têtes d’affiche. Dianne Reeves ou Al Jarreau en 2008 ; en 2013, Viktoria Tolstoy ou encore Esperanza Spalding avec sa Radio music society.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Festivals, Musiques, Photo | Laisser un commentaire  

Leçon de géographie : Céline Bonacina

Céline Bonacina. Jazz à Vienne. 9 juillet 2010. © Photo : Pascal Kober

Céline Bonacina. Jazz à Vienne. 9 juillet 2010. © Photo : Pascal Kober

La chaine télévisuelle de service public France Ô, dédiée aux outremers de ladite France, diffuse ce lundi 1er juillet 2013 un concert en direct du festival de jazz de Vienne (Isère).

L’émission démarre à 20 heures. On s’attend donc à voir l’intégralité de la soirée. Soit, pendant une petite demi-heure, la formation de la jeune saxophoniste (baryton ; c’est rare chez les filles !) Céline Bonacina, présentée dans le programme du festival comme «  set découverte » (pourtant déjà vue, et avec quelle énergie, sur cette même scène du théâtre antique en… 2010 !), suivie de Malavoi et de Kassav.

Soirée Caraïbes, donc. Mais de Céline Bonacina, point. En échange, pendant la première demi-heure ainsi qu’entre les deux sets, bavardages d’animateurs, bandes-annonces, sujets sur le rap et le hip hop et extraits de concerts enregistrés (mais toujours avec la mention «  direct » affichée à l’écran) à Vienne l’an passé (Melody Gardot ; magnifique !) et même cette année (Marcus Miller avec Keziah Jones).

Pas de chance pour Céline Bonacina : la musicienne a pourtant bel et bien passé une partie de sa vie à la Réunion et sa musique (magnifique, elle aussi) est fortement imprégnée de la culture de cette île de l’outremer. Mais France Ô avait un alibi : la soirée s’intitulait Caraïbes…

 

Share
Publié dans Festivals, Musiques | Laisser un commentaire  

Metz : pas belle, ma ville ?

Magnifique travail de Yann Arthus-Bertrand, réalisé tout récemment en vidéo aérienne, sur Metz (ma ville natale) en commande pour le centre Pompidou dans le cadre de son exposition temporaire intitulée Vues d’en haut (jusqu’au 7 octobre 2013) qui montre comment les vues aériennes ont pu tournebouler le regard des artistes depuis le milieu du XIXe siècle.

On y voit tout autant les jardins ouvriers que les immeubles des cités, les petits cabanons au bord des lacs que les monuments les plus attendus, les terrasses des bistrots que les hauts-fourneaux de l’U4. Le tout dans un registre plus graphique que documentaire.

Hormis la musique de la première partie, inutilement grandiloquente, je me retrouve entièrement dans ces images, comme si le photographe avait su capter, en quelques courts instants, toute l’âme de cette ville si attachante où j’ai vécu tant de belles choses…

Ça va sûrement faire grincer quelques dents du côté des acteurs culturels tout autant que chez les photographes de voir un saltimbanque accéder ainsi aux cimaises d’un musée d’art contemporain. Et c’est tant mieux…

Ça dure vingt minutes et ça se regarde en cliquant là.

Share
Publié dans Arts, Gourmandises | 2 commentaires  

Kaori Ito, Chloé Lévy et Marcus Hageman

Quelques images du filage des deux pièces données par la danseuse japonaise Kaori Ito à L’Hexagone de Meylan (Isère). La première en solo (chorégraphie et interprétation de Kaori Ito sur une musique enregistrée de Guillaume Perret). La seconde en trio, avec la voix de Chloé Lévy et le violoncelle de Marcus Hagemann (Deux cordes, une voix ; une composition musicale de Chloé Lévy sur des textes du poète allemand Rainer Maria Rilke). La séance s’est poursuivie au musée de Grenoble où Kaori Ito et Chloé Lévy ont improvisé autour de cinq pièces de la collection permanente choisies par la danseuse et évoquant la féminité.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

 

Le site de Kaori Ito.
Le site de Chloé Lévy.
Le site de Marcus Hagemann.
Le site de L’Hexagone de Meylan.
Le site du musée de Grenoble.
Le site du Pacifique (merci spécial à Philippe Quoturel).

Share
Publié dans Arts, Photo | Laisser un commentaire  

Katia et Marielle Labèque : rock & baroque

Katia et Marielle LabèqueLa dernière fois que je suis allé écouter les sœurs Labèque, deux des plus belles pianistes classiques de la planète, c’était le 17  juillet 2011, entre… scies à ruban et stocks de bois (!) de l’atelier de construction des chalets Matti, dans le cadre du Menuhin Festival, à Gstaad, en Suisse. Moment de pur bonheur que de lire tant de joie sur leurs visages pendant toute la durée du concert. Ces deux-là ne savent rien faire comme tout le monde (voir notamment les productions discographiques de leur label KML) et c’est pour ça qu’on les aime. Hier, dans sa collection Empreintes, présentée par Annick Cojean, la chaîne de télévision France 5 diffusait Rock & baroque, un magnifique documentaire réalisé par Fabrice Ferrari et Constance Lagarde. Émotion, écoute, justesse de ton, complicité réelle avec les artistes, touchantes images d’archives, tout y est bon. Rarement vu un film aussi intelligemment produit sur des musiciens !

Rediffusion ce dimanche 28 avril 2013 à 07 h 44 et jeudi 9 mai 2013 à 00 h 15.

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire  

Les Alpes de Doisneau : prolongation

Formidable succès pour cette exposition du musée de l’Ancien Évêché, à Grenoble, à laquelle j’ai apporté ma contribution. Inaugurée en novembre 2012, elle a déjà reçu plus de 60 000 visiteurs, tous ravis de découvrir tant de facettes méconnues du travail de Robert Doisneau, au travers de ces 120 photographies rassemblant nombre d’images inédites.

L’exposition devait s’achever demain, dimanche 14 avril ; elle sera finalement exceptionnellement prolongée jusqu’au dimanche 1er septembre 2013 afin de pouvoir également accueillir tous les visiteurs de passage dans les Alpes cet été. Et avant de s’envoler pour… le Japon !

Des animations particulières seront programmées les samedi 18 et dimanche 19 mai 2013 à l’occasion de la Nuit des musées (Musées en fête) ainsi que durant les Nocturnes au musée (tous les vendredis de l’été entre le 5 juillet et le 16 août 2013.

Article plus détaillé sur l’exposition et le catalogue en cliquant ici.

Share
Publié dans Exposition, Livres, Photo | Laisser un commentaire  

Matthias Schriefl : Six, Alps & Jazz

Visiblement, si l’on en croit son portrait (en… peau de vache !) publié à l’intérieur du livret, le jeune trompettiste allemand Matthias Schriefl a grandi dans les alpages ! Ou presque : sa petite ville natale de Kempten n’est en effet située qu’à quelques encablures des sommets bavarois et autrichiens. Nul doute en tout cas, à l’écoute de ce CD auto-proclamé young german jazz, que sa musique est bel et bien estampillée alpine. À la vérité, peu de jazz ici, si ce n’est peut-être dans la liberté d’expression qu’il permet aux musiciens qui s’en emparent aujourd’hui. Mais beaucoup de détournements (et souvent jubilatoires) des mélodies traditionnelles de l’Allemagne méridionale et de ses montagnes. Matthias Schriefl use d’ailleurs d’instruments autochtones comme le cor (des Alpes) ou d’expressions locales comme le yodel pour bâtir, et de fort belle écriture, ce répertoire très finement arrangé pour les riches timbres des nombreux instruments à vent de son sextet. À défaut de jazz, une jolie curiosité qui permet de mesurer jusqu’à quel point les jeunes musiciens européens, dûment formés dans les Conservatoires, peuvent réinterpréter leur patrimoine.

Pascal Kober

Musiciens  : Matthias Schriefl (tp, flh, etc.), Johannes Bär (tb, flh, etc.), Peter Heidl (flh, ts, etc.), Florian Trübsbach (as, cl, etc.), Heiko Bidmon (cl, fl, etc.), Gregor Bürger (bs, cl, etc.) + sept invités précisés dans le livret.
Thèmes : Langenwanger Intro, S´Deandl Vom Wintergrea, Am Schnackar Biichl, Andachtsjodler, Ländlesgruaß, Steinegger`s Allerlei, Les Alpes Vues De Paris , S´isch Mer Alles Oi Ding, Langenwanger Reprise, Bald Ischs Halb Simme, Der Vorarlberger Problembär, Punzenjodler, Luschtig, Luschtig, Schlofiade.
Enregistré  : en juillet et septembre 2011 à Bonn.
Durée  : 59’39″.
Référence  : Act 9670-2.

Chronique publiée dans le numéro 60 de la revue L’Alpe.

Share
Publié dans Disques, Musiques | Laisser un commentaire  

Nabucco à Grenoble

Quelques petites images (de famille ;-) des répétitions du Nabucco que va donner l’Orchestre symphonique universitaire de Grenoble, sous la direction de Patrick Souillot, du 15 au 19 mars au Summum à Grenoble. Informations en cliquant ici.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

 

Share
Publié dans Musiques, Photo | Un commentaire  

# 2013 Javanaise

Clic-clic sur le guitariste pour une petite surprise…

Share
Publié dans Calembredaines, Musiques | Laisser un commentaire  

Elina Duni : Matanë Malit

Duni ElinaDerrière la ligne bleue des Alpes, pour Elina Duni, il y eut d’abord l’exil. Un pays, l’Albanie, fracassé par tant d’années de dictature. Un grand-père écrivain bâillonné par le régime, une maman elle-même romancière, un papa acteur. Et finalement, le départ de la famille pour la Suisse en 1992. Elina a onze ans. Elle chante. Dès son adolesence, flirte avec les standards du jazz et les Léo Ferré et Serge Gainsbourg du French songbook. Premier CD (Baresha) en 2008. Elle y interprète plusieurs chansons françaises dont une très troublante «  Javanaise ». À peine une pointe d’accent. Juste de quoi faire fondre. Sa rencontre avec le pianiste Colin Vallon va tout changer. Et si elle revenait à la musique de son pays natal ? En 2009, au festival de jazz de Grenoble, son chant fait mouche : générosité, force et délicatesse. Avec ce troisième CD, Matanë Malit (Au-delà de la montagne, donc), enregistré pour le label allemand ECM, elle épure encore ce trait musical qu’elle dessine pour relier improvisation et mélodies traditionnelles albanaises. Sur des lignes harmoniques d’une sobriété bouleversante (trois accords, pas un de plus, comme dans le blues, pour le magnifique «  Kjani trima »), Elina Duni nous conte, dans cette belle langue, des amours pastorales aussi bien que des histoires de bergers et de résistants anti-fascistes. Et réussit, par la grâce d’un trio aux interprétations d’une rare intelligence, à ne pas emprunter les sentiers tant dévoyés d’une world music abâtardie. Elina Duni est une passe-montagne. Qui se découvre de belle façon.

Pascal Kober

Musiciens  : Elina Duni (voix), Colin Vallon (piano), Patrice Moret (basse), Norbert Pfammatter (batterie).
Thèmes : Ka Një Mot, Kjani Trima, Kur Të Kujtosh, Vajzë e Valëve, Unë Ty Moj, Erë Pranverore, Çelo Mezani, Ra Kambana, Çobankat, Kristal, U Rrit Vasha, Mine Peza.
Enregistré  : en février 2012 à Pernes-les-Fontaines.
Durée  : 53’42″.
Référence  : ECM 2277 370 6457 (Universal).

Chronique publiée dans le numéro 59, daté hiver 2013, de la revue L’Alpe.


Share
Publié dans Disques, Musiques | Laisser un commentaire  

Les Alpes de Doisneau

À propos d’une réalisation à laquelle j’ai apporté ma contribution (exposition au musée de l’Ancien Évêché, à Grenoble, du 16 novembre 2012 au 14 avril 2013).

L’EXPOSITION

« Le Rêve du petit Michel ». Photo : Robert Doisneau

C’est un Robert Doisneau comme on ne l’a jamais vu que propose cette exposition originale qui suit le fil (rouge) d’un parcours sur les sentiers buissonniers de la montagne. Au-delà du grand photographe humaniste que chacun connaît aujourd’hui et qui aurait eu cent ans cette année. Au-delà de son fameux Baiser de l’hôtel de ville, réalisé en 1950 (mais qui ne l’a rendu célèbre qu’à l’approche des années 1980). Au delà, aussi, de tant d’autres images tendres que Doisneau a pu consacrer au petit peuple de la banlieue parisienne. Car avant de devenir une icône de la photographie de la seconde moitié du XXe siècle, Doisneau fut également, au fond, un OS de l’image. Un ouvrier photographe qui mettait du cœur, son cœur, à l’ouvrage. Dans les Alpes comme ailleurs, il a ainsi œuvré (et avec quel talent !) dans des domaines aussi divers que l’industrie, le reportage social, le photojournalisme, la mode, la publicité, l’illustration, la photo « ethnologique », la prise de vues en studio, mais aussi l’humour (bien sûr !) et la photo de… famille !

De 1936, date de ses premières images alpines saisies entre amis en Haute-Savoie jusqu’à son reportage dédié en 1967 aux ouvrières des usines grenobloises à la veille des Jeux olympiques, en passant par les petits secrets de ses séjours hivernaux à Laffrey, en Isère, Doisneau n’a cessé d’arpenter les montagnes. Non pour leurs paysages sublimes qui auraient pu l’envoûter, à l’instar d’un Ansel Adams, d’un Shiro Shirahata ou d’un Pierre Tairraz, mais bien pour le terrain de jeu grandeur nature qui lui était ainsi offert. Durant une trentaine d’années, Doisneau a pu expérimenter autant de façon de mettre les Alpes en scène (plutôt qu’en valeur) pour les intégrer à son propre imaginaire. En somme, ces Alpes-là sont d’abord de Doisneau.

La patte de l’artiste : épatante !

LE CATALOGUE

Les Alpes de Doisneau, un beau livre de 160 pages paru aux éditions Glénat, reprend l’essentiel des images de Robert Doisneau présentées dans l’exposition en les accompagnant d’articles de fond qui permettent de contextualiser leur réalisation. Avec les contributions de Francine Deroudille (fille de Robert Doisneau), Jean-Claude Duclos (conservateur en chef du patrimoine), Pascal Kober (journaliste et photographe), Isabelle Lazier (directrice du musée de l’Ancien Évêché) et Vladimir Vasak (grand reporter à Arte). Le numéro 58, daté automne 2012, de la revue L’Alpe consacre par ailleurs un portfolio de plusieurs pages aux vis-à-vis troublants entre le regard de Robert Doisneau et celui porté par les ethnologues sur le village et les habitants de Saint-Véran.

Share
Publié dans Exposition, Livres, Photo | Laisser un commentaire  

Belgique : Anvers Jazz Middelheim

Toots Thielemans. © 2012 Photo : Pascal Kober

Joyeux anniversaire, cher Toots ! Le plus grand harmoniciste de la planète fête ses 90 ans. Et c’est bonheur que de revoir Toots Thielemans en scène, musicalement très à son aise devant sept mille personnes, toutes debout pour saluer les dernières notes d’un What a wonderful world qui me met les larmes aux yeux. Sûr qu’un monde selon Toots serait en belle harmonie ! L’homme joue. Il joue bien. Et se joue de tout. De l’histoire du jazz en greffant habilement un Summertime au célèbre riff d’introduction de All Blues. Ou de son public qui sifflote Bluesette à l’unisson avec lui. Une seule date cet été à son carnet de bal : Anvers. Pour un festival dont il est le parrain depuis 1981. Ici, Toots est chez lui, à quelques encablures de Bruxelles, sa ville natale. Et dans un port, le deuxième d’Europe après Rotterdam, qui a vu des millions d’émigrants se rendre aux Amériques via la fameuse ligne transatlantique de la Red Star (l’étoile rouge !) au tournant des XIXe et XXe siècle. Cette ouverture sur le monde confère à la cité flamande un esprit un tantinet frondeur dont on ne soupçonne pas toutes les richesses. Ici a vécu au XVIe siècle, l’un des premiers imprimeurs au monde, Christophe Plantin, à qui est dédié un musée. Ici est le MAS, un autre musée, de société, remarquable tant par son architecture que par les parcours proposés pour mieux comprendre la ville. Ici sont marquées au fil des ruelles les activités maritimes et la vigueur des échanges culturels. Ici se vit la douceur d’un centre historique ancré sur les rives de l’Escaut.

Jazz Middelheim Anvers. © 2012 Photo : Pascal Kober

C’est à la périphérie que se déroule un festival qui a des accents de petit Marciac. Même chapiteau posé dans la verdure, le gazon du stade remplacé par l’herbe du jardin de sculptures du musée Middelheim, mêmes stands de produits régionaux, la bière d’Anvers remplaçant le tariquet. Même ambiance bon enfant et une programmation permettant aux musiciens belges de jouer face à un public venu nombreux pour les têtes d’affiches. On a ainsi pu écouter le guitariste Philip Catherine, dont le jeu est toujours aussi lyrique, avec Larry Coryell (notamment dans une merveilleuse version en duo de Insensatez, le thème de Tom Jobim). Mais aussi deux expériences musicales audacieuses, la première, très originale, même si éloignée de l’idiome jazz, par le trompettiste Eric Vloeimans avec un ensemble… baroque (!) ; la seconde de l’accordéoniste Tuur Florizoone qui a composé une pièce rendant hommage, à l’occasion des cinquante ans de l’indépendance du Congo, aux enfants abandonnés nés d’unions mixtes («  les bâtards de la colonie », pour reprendre le titre du livre de Kathleen Ghequière et Sibo Kanobana). Ici, nul exotisme de pacotille (Tuur est lui-même né en Afrique) mais un juste choix de musiciens (et notamment Tutu Puoane, magistrale au chant) et de thèmes fortement ancrés dans les rythmes du continent. Une belle découverte.

Stefano Bollani et Hamilton de Holanda. © 2012 Photo : Pascal Kober

À noter enfin la prestation très complice et tout en sourires du pianiste Stefano Bollani avec Hamilton de Holanda au bandolim, célébrant le génie (harmonique puis rythmique) des grands compositeurs brésiliens en enchaînant des thèmes comme Luiza (de Jobim) ou Laura (de Gismonti), avant de finir sur un Happy birthday pour Toots. Et last but not least, le concert de ce festival : avec le batteur Amir Brelser et le pianiste Omri Mor, le contrebassiste Avishaï Cohen invente un nouvel art du trio. Puissance de jeu, comme d’intensité musicale, littéralement extraordinaire, énergie et virtuosité, aisance très ludique en scène (ah, ses chorégraphies avec la «  grand-mère » !), sens du partage et de l’œuvre commune, tout cela chante (et de belle façon) et ne suscite jamais le moindre ennui. Au point que ce trio-là sait même séduire ces deux jeunes filles assises à mes côtés qui se seraient presque mises à danser. Comme pour mieux démontrer que le jazz peut être à la fois exigeant et festif. À l’image de ce festival, en somme.

Pascal Kober

Chronique du festival Jazz Middelheim (Anvers, Belgique ; du 16 au 19 août 2012) publiée dans le numéro 661, daté automne 2012 de la revue Jazz Hot. Site Internet : www.jazzmiddelheim.be

Miam !
Antwerpen Proeft et la Bollekesfeest. En août et toujours en plein-air, un salon du goût, un marché des produits du terroir et une fête de la bière (la De Koninck, locale, qui se déguste aussi sur les nombreux stands du festival).
Boulevard Leopold. Les petits-déjeuners amoureusement mitonnés par Martin et Patricia Willems y sont succulents. Mais surtout, cette jolie maison d’hôtes, nichée non loin du quartier des diamantaires et (en bus) du site de Jazz Middelheim, est atypique pour sa décoration intérieure. Passion des propriétaires pour les antiquités oblige, elle transporte le voyageur un siècle en arrière et transforme ce minuscule hôtel particulier (seulement trois chambres et deux appartements) en un véritable cabinet de curiosité. Une expérience singulière !
+32 486 67 5838
Site Internet : www.boulevard-leopold.be

 

Share
Publié dans Festivals, Musiques | Laisser un commentaire  

Pour ceux qui (n’)aiment (pas) le jazz

À écouter tous les soirs, pendant l’édition 2012 du festival de jazz de Vienne, une petite chronique radio aux alentours de 19 h 20, jusqu’au vendredi 13 juillet, dans l’émission de Matthieu Soldano sur France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu Drôme-Ardèche.

Par ordre d’apparition à l’écran noir de mes nuits blanches :
• le jour où elle ne restera pas dans son lit douillet (Sandra Nkaké),
• une certaine chanson qui nous ressemble (Bobby McFerrin et Chick Corea),
• une mélodie anglaise du XVIe siècle qui reste sur toutes les lèvres (McCoy Tyner),
• un mois de septembre sur lequel nous avons tous dansé (Earth, wind and fire),
• un merveilleux traditionnel de Noël polonais (Pat Metheny),
• Charles Aznavour qui n’aime guère qu’elle se laisse aller (Eddy Louiss),
• l’Ave Maria selon Al Di Meola et ses notes parcimonieuses (si, si…),
• un voyage au Mississippi (Magic Slim),
les moulins de mon cœur chapardés à Michel Legrand (Dianne Reeves),
• la belle leçon de vie de la non moins belle Melody (Gardot),
• la bataille de Jericho de mister Laurie et docteur House
• et, pour finir en beauté, la belle vie de dame Simone rêvant à Tony Bennett.

Sans oublier quelques-unes de mes « crooneries » habituelles autour de ces si jolies mélodies que tout le monde sait fredonner sous sa douche.

Share
Publié dans Festivals, Musiques | Laisser un commentaire  

Un été (sri-lankais)

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Photo, Reportages, Voyages | Un commentaire  

Un portrait radio du renifleur du temps

Michèle Caron a réalisé cet entretien pour France Bleu Isère. À écouter ici.

Share
Publié dans Portraits | Laisser un commentaire  

1910-2010 : dans le sillage de Jorge Chavez

Tout juste un siècle après la première traversée des Alpes par l’aviateur péruvien Jorge Chavez en 1910, la rédaction de L’Alpe a refait ce parcours, mémorable à plus d’un titre, avec, dans le rôle du pilote, Alain Belmont, l’auteur de l’article lui-même. Quand le vécu rejoint l’histoire dans une belle aventure pleine d’émotions. Un reportage à lire dans le numéro 52 de la revue (La voie des airs), daté printemps 2011 et dont voici quelques images inédites brillamment légendées par Dominique Vulliamy, rédactrice en chef adjointe de L’Alpe.

Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en grand format et les textes liés. Les petites flèches en bas des images agrandies vous permettront de passer aux documents précédents ou suivants. Un clic dans l’image agrandie vous ramènera à cette page.

Share
Publié dans Photo, Reportages, Voyages | Laisser un commentaire  

Vienna Art Orchestra : la fin d’un rêve

Triste nouvelle : cet été 2010, Mathias Rüegg, créateur et cheville ouvrière du Vienna Art Orchestra (VAO), annonçait sur son site Internet qu’il mettait définitivement un terme à cette magnifique expérience musicale : «  Le concert du 9 juillet au Musikforum de Viktring (Autriche), était le dernier du Vienna Art Orchestra. Un sous-financement chronique, une diminution importante de la demande en provenance des pays qui forment le cœur de l’économie de l’orchestre (Autriche et Allemagne principalement) et la crise financière dans les pays comme l’Italie, l’Espagne, la France et les pays de l’Est m’ont amené à prendre cette décision. Chercher où se situent les responsabilités n’a pas de sens. Après trente-trois années passées au plus haut niveau d’exigence, je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à l’existence du VAO. D’abord le public, mais bien sûr aussi les mécènes, institutionnels et privés, les nombreux journalistes spécialisés, enfin et surtout les musiciens talentueux qui se sont souvent surpassés dans leur travail avec le VAO. Je regrette profondément que l’orchestre actuel ainsi que mes créations soient contraints de s’arrêter alors que nous sommes à notre plus haut niveau. J’accepte toutefois les réalités telles qu’elles sont aujourd’hui. »

Cette belle aventure aura donc duré trente-trois ans. Trente-trois ans d’intenses collaborations avec tout ce que la scène européenne du jazz recèle comme fortes personnalités. Depuis le contrebassiste américano-suisse Heiri Känzig jusqu’au corniste russe Arkady Shilkloper, en passant par la chanteuse italienne Anna Lauvergnac ou les deux Wolfgang (Muthspiel, le guitariste, et Puschnig, le saxophoniste), le Vienna Art Orchestra aura vu passer du monde. Des musiciens qui comptent aujourd’hui et qui, tous, portent un regard sans œillères sur le jazz contemporain. Sans oublier, selon les projets, des invités exceptionnels comme Ray Anderson, Dee Dee Bridgewater, Art Farmer, Shirley Horn ou encore Joe Lovano.

Jazz Hot a rencontré Mathias Rüegg à deux reprises. En 2002 (numéro 592, daté juillet-août) et en 2007 (numéro 639, daté mai), respectivement pour le vingt-cinquième et le trentième anniversaire de son Vienna Art Orchestra. À cinq ans d’intervalle, deux longs entretiens avec Jérôme Partage. Et toujours la même passion et la même profondeur dans sa façon de dire le jazz, de dire son jazz. Cette fois, c’est hélas pour évoquer un « game over » que nous le rencontrons. Avec l’espoir de voir une si belle énergie rebondir, ici ou ailleurs, dans de monde du jazz. Résistons.

* *
*

L’arrêt brutal du Vienna Art Orchestra a-t-il été précédé de signes avant-coureurs qui auraient permis de mesurer l’ampleur des difficultés rencontrées aujourd’hui ?

J’ai pris cette décision, seul, le 1er avril dernier car la responsabilité économique de la survie du Vienna Art Orchestra n’a toujours dépendu que de moi. Mais pour des raisons stratégiques, personne, pas même les musiciens avec qui j’ai l’habitude de travailler, n’en a rien su avant que je ne l’annonce juste après notre dernier concert. Inutile de vous dire que mes amis musiciens n’ont pas été ravis d’apprendre une telle nouvelle…

Avant de prendre cette décision, as-tu envisagé d’autres réponses à ce problème économique ?

En matière de financement, j’ai vraiment tout essayé. Durant les derniers mois, plusieurs appels au secours ont été lancés, un peu en coulisses, pour ne pas alarmer nos proches. Les responsables culturels ou politiques connaissaient donc très bien notre situation. Mais d’un autre côté, le manque d’argent ne représente que l’un des versants du problème. Je ne peux pas forcer les organisateurs de concerts à inviter le Vienna Art Orchestra. Or, l’esprit même de cet orchestre existe aussi en raison de cette riche vie commune, musicale et extra-musicale, que nous développons lors de nos tournées. Ne faire exister l’orchestre que lors de concerts à Vienne ne m’intéressait pas.

À quels facteurs attribues-tu l’exceptionnelle longévité de l’orchestre ?

En toute immodestie, à mon action, tout simplement ! Durant les six dernières années, j’étais le seul à m’occuper de l’organisation. Je n’avais même plus une secrétaire pour m’aider dans l’administration. C’est le prix qu’il faut accepter de payer pour rester indépendant. Mais je n’ai jamais abandonné…

Un big band comme le Vienna Art Orchestra peut-il encore exister aujourd’hui en Europe ?

Tout dépend du type d’activité que l’on souhaite développer. Il existe probablement en Europe des centaines de Monday Night Orchestras (NDLR : des big bands qui se réunissent une fois par semaine, toujours dans le même club et avec le même répertoire, comme au Village Vanguard, dans les années 1960, à New York). Mais les orchestres qui vont vraiment sur la route avec un répertoire de création sont extrêmement rares car cela coûte très cher d’organiser et de financer une tournée pour un big band.

Et ailleurs dans le monde ?

Aucune idée. Tout ne dépend que de la motivation et de l’énergie d’un créateur obsédé ;-)

Même aux États-Unis ?

Surtout aux USA ! Excepté pour le Lincoln Orchestra, la situation des big bands en Amérique est vraiment nulle !

Le Vienna Art Orchestra pourrait-il renaître de ses cendres en s’intitulant demain Paris Art Orchestra ou Philadelphia Art Orchestra ?

Je n’ai aucun don de voyance pour prévoir l’avenir mais si tel devait être le cas demain, je crois que le projet s’appellerait plutôt Moscow Art Orchestra ou Dubaï Art Orchestra ;-)

Pourquoi pas ? Après tout, on construit bien une antenne du musée du Louvre à Abou Dabi…

Oui, ça, je sais bien… Mais pour le jazz, il n’existe aucune offre de ce type…

Envisagerais-tu de délocaliser l’orchestre ailleurs dans le monde ? En Chine, peut-être ?

Non. La direction que j’avais prise avec Third Dream m’impose de faire appel à un certain type de musicien très particulier que je ne peux trouver, en dehors des États-Unis, que dans les pays de l’Est et en Autriche.

Quelles ont été les réactions dans le milieu du jazz ?

Il y a eu peu de réactions. Quelques journalistes spécialisés m’ont manifesté leur soutien. Beaucoup d’amateurs et de musiciens ont réagi, mais rien du côté des organisateurs de concerts, des directeurs de festivals ou des tourneurs. Quant à la presse généraliste, elle a parlé de la fin du Vienna Art Orchestra, sur tous les continents, de Bombay à Moscou, de l’Arizona à Sidney, de Zagreb à Londres et de Paris à Vienne. Cette presse-là préfère toujours annoncer les mauvaises nouvelles…

Comment évalues-tu la situation du marché du jazz en Europe ?

Difficile à dire. Je crois que nous ne mesurerons réellement les effets de la crise qu’à partir de l’année prochaine. Mais si le monde de la culture prend modèle sur l’Italie, l’Espagne ou l’Allemagne, il y a plutôt de quoi être pessimiste ! Sauf peut-être pour quelques rares grands projets financés par les États. Mais dans notre milieu du jazz, dans toutes les petites structures et les associations, souvent financées par des collectivités locales, on peut s’attendre à des années de vaches très maigres. En Autriche comme ailleurs.

Cette situation a-t-elle beaucoup évolué durant les dix dernières années ?

Les organisateurs de concerts et les directeurs de festivals prennent bien moins de risques qu’auparavant. Et l’intérêt pour les grandes formations s’est par ailleurs nettement amoindri. À la différence de la musique classique où les grands orchestres jouent un rôle important.

Ressens-tu aussi ces difficultés au club de jazz Porgy & Bess que tu as ouvert à Vienne ?

Je ne suis plus impliqué dans la gestion du club, mais Porgy & Bess va bien. En revanche, les différents prix du Hans Koller Preis et de l’European JazzPrize (plus de 50 000 euros offerts chaque année à des musiciens, des réalisations ou des projets issus de vingt-trois pays européens) ont également été remis pour la dernière fois cette année. Pas pour des raisons économiques mais hélas surtout en raison de la stupidité des responsables politiques de la mairie de Vienne qui n’ont pas compris la valeur de ce prix et qui préfèrent aujourd’hui décerner leur propre prix dans l’anonymat d’une salle municipale.

Le Vienna Art Orchestra a aussi été une pépinière de talents où se sont rencontrés beaucoup de musiciens issu d’univers très différents. Ce big band n’avait-il pas, au fond, une utilité publique en terme de formation ?

Pour que ce travail soit soutenu par les institutions, encore faudrait-il qu’il existe, à l’intérieur de ces dernières, des gens capables de reconnaitre des valeurs culturelles. Hélas, cette disposition est aujourd’hui perdue. Et ça, c’est un vrai grand changement dans la vie politique culturelle en Autriche. Auparavant, les responsables politiques étaient plus cultivés. La liberté intellectuelle des années 1960-1970 a disparu. Et le monde a beaucoup changé depuis. Dans le monde politique, les idéalistes ont aujourd’hui été remplacés par des technocrates.

Des regrets ?

Aucun. Je ne regrette rien.

Des projets immédiats ?

Aucun non plus. Pour le moment. Je compose de la musique de chambre et j’enseigne, une journée par semaine, à la Hochschule für Musik à Vienne.

Le 10 juillet dernier, tu achevais ton communiqué en citant un texte de Kris Kristofferson chanté par Janis Joplin : « Freedom is just another word for nothing left to lose » (le mot « liberté  » est seulement une autre façon de dire «  rien à perdre »). Demain, qu’y aura-t-il à gagner ?

J’aime me laisser surprendre…

Propos recueillis par Pascal Kober

Entretien paru dans le numéro 654, daté hiver 2010 de la revue Jazz Hot.

Share
Publié dans Musiques | Laisser un commentaire